-- -- -- / -- -- --
Nationale

Batimatec: Algerian Qatari steel mise sur de jeunes compétences

Batimatec: Algerian Qatari steel mise sur de jeunes compétences

Faire confiance aux jeunes diplômés constitue la stratégie sur laquelle se base le complexe sidérurgique de Bellara de la société algéro-qatarie (AQS) dans son plan de recrutement.
La moyenne d’âge à AQS, qui occupe désormais une place importante sur la carte de l’industrie sidérurgique nationale et régionale, est de 30 ans.
Selon le chef de département communication de AQS, Chems Eddine Aïssaoui, c’est « la particularité marquante de la société qui compte 750 travailleurs dont la majorité sont des jeunes ».
Il signale que ces nouvelles recrues issues des universités algériennes sont des primo-demandeurs, n’ayant jamais connu une industrie sidérurgique. « Nous donnons la chance à ces diplômés qui ont des compétences pluridisciplinaires d’intégrer ce complexe très important, un mégaprojet de plus de 2,1 milliards de dollars », a-t-il précisé, soulignant la présence de la gent féminine dans l’entreprise.
C’est donc un défi que l’entreprise a décidé de relever en intégrant des personnes « sans expérience », d’autant que c’est une industrie lourde qui demande des compétences pointues et un savoir-faire avéré. « Malgré certaines entraves, comme l’emplacement du complexe à Bellara qui n’est pas connue pour les métiers de la sidérurgie ainsi que l’absence de centres de formation spécialisés, on a fait confiance aux jeunes », affirme Aïssaoui, qui dit que « ce n’est pas un risque de recourir à une main-d’œuvre fraîchement diplômée ».
Le résultat est là. Le rendement de ces jeunes compétences algériennes est palpable. « Nous sommes pleinement satisfaits de leur travail, ils ont pu être à la hauteur de leurs engagements, voire plus ! », ajoute-t-il, soulignant l’encadrement permanent dont ils bénéficient. « Les recrues sans expérience sont encadrées par des personnes expérimentées qui les orientent et leur offrent un accompagnement quotidien », a-t-il précisé. Des formations continues sont également assurées pour le personnel de l’entreprise. 
Pour ce qui est de la présence d’expatriés au complexe, ce responsable de la communication a indiqué qu’« un nombre réduit, à savoir 3% des salariés, y est pour une durée déterminée ». Le but étant d’assurer le transfert des compétences et du savoir-faire dans le domaine de l’industrie sidérurgique. Il a par ailleurs fait savoir que le complexe entrera en production à 100% dans quelques mois. « Le taux d’avancement du projet est à 90%, et d’ici peu on recevra les deux unités principales, dont l’aciérie ». De ce fait, 1,5 million de tonnes de rond à béton et 500 000 tonnes de fil machine seront produites.
L’AQS, qui opère dans la zone industrielle de Bellara dans la wilaya de Jijel, sur une superficie de 216 hectares, projette non seulement de placer sa production sur le marché national, mais elle aspire aussi à conquérir le marché international, notamment en Afrique de l’Ouest. Des contacts ont été déjà réalisés lors de la Foire internationale de Dakar et l’exposition spécifique du produit algérien à Nouakchott. « Ces potentiels clients sont satisfaits de la qualité du produit AQS ainsi que de nos prix attractifs », a expliqué Aïssaoui.
L’Algerian Qatari steel prend part pour la première fois au Salon Batimatec, un carrefour de professionnels par excellence, pour apporter sa contribution au développement et à la modernisation de l’industrie sidérurgique algérienne. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email