-- -- -- / -- -- --
Sports

Baptême du feu réussi pour Gourcuff

Baptême du feu réussi pour Gourcuff

Stadium Addis Abbéba, public record, temps humide, pelouse en mauvaise état, arbitrage du trio Seychellois, Bernard Camille, Hansley Danny Petrousse, et Eldrick Adelaide, 4e arbitre Allister Barra, commissaire au match Charles Massembé (Ouganda).
Avertissements : Souadani ,Taider (Algérie)
Buts : Soudani 35’, Brahimi 84’ (Algérie), Salah Eddine Said 90+5 SP (Ethiopie)
Ethiopie : Jemal, Alula, Tok, Saladdin B, Abebaw, Natnael, Adnane (Petchor (80), Shemeles Jetanah Kublé (45’), Tadele, Saladdin S, Umed (Teshome 80)
Entraineur : Mariano Barreto
Algérie : M’Bolhi, Mandi, Mesbah, Belkalem, Medjani, Lacene, c, Taider Guedioura (90’), Slimani (Belfodil 69’), Feghouli, Soudani Mahrez (77’), Brahimi.
Entraineur : Christian Gourcuff

C’est parti sur les chapeaux de roues pour les Fennecs d’Algérie dans ce groupe B comptant pour les éliminatoires de la CAN 2015 prévu au Maroc. Une belle victoire nette et sans bavure synonyme de trois points dans l’escarcelle et de bon augure pour la suite du parcours à commencer par ce prochain match contre le Mali mercredi prochain à Blida.

C’est dire que la sélection nationale algérienne version Gourcuff a fait une très bonne affaire dans le début de son aventure pour aller au Maroc. Le moins que l’on puisse dire aussi est que le nouveau coach français des Verts a réussi son baptême du feu avec la sélection nationale Algérie, Christian Gourcuff et au vu de la prestation des camarades du capitaine Lahcen, il y a de quoi pavoiser pour l’avenir des Fennecs.

L’ex-coach des Merlus du FC Lorient, aura tout simplement donné raison à ceux qui l’ont choisi en remplacement de Vahid Hallilodzic et surtout confirmé son étiquette de coach adepte du beau jeu offensif. La sélection nationale a bien entamé son parcours dans ce groupe B non sans produire une belle partie devant une équipe éthiopienne certes, très technique mais quelque peu naïve.

La sélection nationale version Gourcuff a confirmé pour l’occasion son statut de dernier mondialiste et surtout montré qu’elle a beaucoup gagné en maturité sous la houlette d’un excellent Brahimi, la nouvelle plaque tournante de l’équipe et d’un M’bolhi toujours omniprésent et plein d’assurance dans sa surface.

Bien recadrés et surtout décidés à rester dans l’élan d’un bon mondial au Brésil et surtout loin de donner l’impression d’être gênés par le phénomène de l’altitude, les Algériens ont d’emblée affiché leurs intentions offensives et qu’ils n’étaient pas venus à Addis Abéba pour limiter les dégâts ou se contenter d’un seul point. Le 4-3-3 mis en place par le coach national a laissé entrevoir une grande maitrise tactique des Verts qui ont su gérer le match comme il se doit. Avec un coté gauche de feu où Soudani, Brahimi et Mesbah faisaient ce qu’ils voulaient, les Ethiopiens qui ont butté sur un grand Mbolhi dans les vingt-premières minutes finirent par plier l’échine juste avant la pause.

Une énième contre-attaque de Brahimi aboutit sur Soudani dans le centre tir est détourné dans sa cage par un défenseur local. Une juste récompense pour une équipe qui a fait montre une plu grande maîtrise collective technique et tactique, sur un terrain pourtant trop gras. Forts de cet avantage au tableau et sur le plan psychologique, les Verts contre toute attente firent preuve au retour des vestiaires de plus de volonté et de maîtrise pour gérer le reste de la partie et porter le coup fatal au bon moment par l’homme du match Brahimi bien servi par le joker de luxe Mahrez à la 84’. La note aurait pu être plus salée pour les locaux.

Ces derniers réussiront à sauver la marque dans les temps additionnels sur un pénalty de Salah Eddine Said pour une faute peu évidente de Mesbah à l’issue d’un match très fair-play faut-il le signaler. Le Mali sait ce qu’il l’attend mercredi à Blida devant une équipe algérienne qui a déjà mis son turbo en marche.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email