-- -- -- / -- -- --
Nationale

Banques publiques : Un programme de réforme sera mis en œuvre

Banques publiques : Un programme de réforme sera mis en œuvre

La réforme des banques publiques tant attendue va être bientôt mise en œuvre, tout comme celle de leur gouvernance. Ce programme débutera le 15 décembre prochain pour être ensuite finalisé lors des assemblés générales prévues en juin 2020.

C’est le ministre des Finances Mohamed Loukal qui a fait cette annonce, en marge de la cérémonie d’installation du nouveau président de la Cellule de traitement du renseignement financier (CTRF), Sid Ahmed Saïdi. « Nous avons entamé la réforme des banques publiques qui doit, impérativement, passer par la réforme de la gouvernance. Le programme de réforme va être mis en œuvre à partir du 15 décembre prochain », a indiqué le ministre. Selon lui, ce programme sera finalisé lors des assemblées générales, prévues en juin 2020. Cela va permettre, selon ses explications, d’impliquer des administrateurs indépendants pour participer en tant que membres au sein des Conseils d’administration des banques publiques pour plus de transparence. Ces administrateurs qui vont être, précise-t-il, sélectionnés dans la transparence absolue, vont permettre, au sein des six banques publiques, d’asseoir une nouvelle gouvernance dans le cadre de la réforme des organes de gestion pour plus d’efficacité et plus de transparence. La réforme des organes de gestion va également permettre de « mieux déterminer les responsabilités au sein de ces banques et, surtout, libérer l’esprit d’initiative chez les dirigeants », a-t-il souligné. La réforme de la gouvernance vise donc la professionnalisation des Conseils d’administrations des banques publiques, par l’intégration de membres indépendants choisis sur la base de leur professionnalisme et de leur maîtrise des services bancaires, financiers et économiques et de la technologie numérique.

Lors de la cérémonie d’installation de ce responsable, Loukal a également rappelé les défis qui attendent la CTRF en 2022 avec l’évaluation de la politique nationale de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme par le Groupe d’action financière (GAFI) et le Groupe d’action financière du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (GAFIMOAN). C’est dans ce sens qu’il a exhorté le nouveau responsable de « ne ménager aucun effort au service de l’amélioration de l’image de l’Algérie en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme ».

Une mission que le nouveau président de la CTRF compte accomplir en mobilisant tous les efforts pour « relever ces défis ». Le ministre a rappelé dans ce sens que l’Algérie ne figure pas sur la liste noire des pays non coopératifs en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, signalant que l’évaluation réalisée en 2009 avait conclu à la conformité de la politique de l’Algérie aux normes internationales, aux conventions internationales et aux recommandations du GAFI ainsi qu’aux résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email