-- -- -- / -- -- --
Nationale

Banques et assurances en grève : Vers la paralysie des deux secteurs

Banques et assurances en grève : Vers la paralysie des deux secteurs

Le mouvement de grève gagne du terrain. Après le secteur de l’éducation avec la grève des enseignants du primaire, et le plus sensible secteur de la justice qui est paralysé par une grève illimité des magistrats, les banquiers et les assureurs emboîtent le pas. La coordination du secteur des assurances et le syndicat des banques publiques affiliés à l’UGTA annoncent une grève, respectivement le 3 et 10 novembre, et menacent de durcir le ton en déclenchant une grève illimitée.

Ainsi, la coordination du secteur des assurances, dans un communiqué signé par sept syndicats du secteur (CAAR, SAA, CAAT, CCR, CASH, SGCI et Assur Immo), a décidé d’observer un arrêt de travail aujourd’hui, « pour protester contre la politique d’exclusion pratiquée au sein de la corporation ». Les syndicats qui déplorent l’absence de prise en charge de leurs doléances, restées lettre morte depuis le mois de mai dernier, affirment avoir « usé de toutes les voies et moyens pour faire aboutir le droit légitime ». « Il est demandé à tous les travailleuses et travailleurs des entreprises des assurances sus-citées d’observer un arrêt de travail durant la journée du dimanche 3 novembre 2019, comme première action, en guise de protestation contre la politique d’exclusion pratiquée au sein de notre corporation », a-t-on indiqué. La coordination, qui se dit soucieuse de la stabilité de leurs entreprises respectives, menace cependant de déclencher une grève illimitée dans le cas où le mouvement de protestation ne reçoit pas de réponse concrète. Elle se réserve donc le droit de se réunir après dix jours, afin d’entamer la procédure légale qui va à un préavis de grève illimitée, jusqu’à « satisfaction totale des revendications ».

Par ailleurs, les compagnies d’assurance publiques privées veulent être dispensées du recouvrement de la taxe sur les véhicules proposée dans le PLF 2020. Les représentants des compagnies d’assurance estiment que « cette mesure conduira les assureurs à réduire le recours aux prestations d’assurance facultatives et à se contenter uniquement de celles obligatoires en s’acquittant de cette taxe, ce qui baissera le chiffre d’affaire des compagnies d’assurance et causera la stagnation de leurs activités ».

De leur côté, les secrétaires généraux des syndicats des banques publiques (BADR, BNA, CNEP, BDL, CPA) réunis le 30 octobre passé, ont décidé d’observer une grève le 10 novembre prochain. Une décision prises suite à la non application des résultats des négociations qui se sont achevées le 12 juin passé, « pour des raisons inconnues ». Selon eux, cette journée de protestation est également décidée pour dénoncer l’exclusion et la marginalisation du partenaire social dans toute démarche de dialogue et de consultation. Soulignant la disponibilité du partenaire social à dialoguer, ces directeurs généraux avertissent, dans le cas de non- réponse, de recourir à tous les mécanismes disponibles en vertu des lois de la République algérienne. Une grève illimitée n’est donc pas à écarter dans le secteur bancaire, ce qui ne va pas être sans conséquences.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email