-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ban Ki moon en colère contre les Marocains

Ban Ki moon en colère contre les Marocains

Une importante manifestation organisée dimanche dernier par l’USFP et appuyé discrètement par le Palais royal à Rabat avait pris pour cible personnellement Ban Ki moon. Le ministre des AE marocain Salah Eddine Mezouar a passé un sale quart d’heure hier lors de sa rencontre avec le SG de l’ONU Ban Ki moon.

Ce dernier s’est plaint à son interlocuteur d’un « manque de respect » du Maroc envers sa personne et l’ONU, en recevant le ministre marocain des Affaires étrangères Salaheddine Mezouar dépêché par le roi Mohamed VI. Ban Ki-moon a, en outre, exigé des explications sur la présence de nombreux officiels marocains parmi les manifestants. Il a estimé, que « les manifestants ainsi que leurs soutiens « ont choisi délibérément d’ignorer » qu’il a encouragé les négociations entre les partis durant chacune des étapes de son voyage.

Le ton employé dans ce communiqué est peu diplomatique et extrêmement dur à l’égard du gouvernement marocain et il se pourrait même que Ban Ki-Moon, qui devait se rendre au Maroc en juillet prochain, annule tout simplement sa visite.

Selon un communiqué de l’ONU, M. Ban a exprimé au ministre « sa profonde déception et sa colère » à la suite d’une manifestation à Rabat « qui l’avait pris pour cible personnellement », précisant que « de telles attaques témoignent d’un manque de respect pour sa personne et pour les Nations unies », affirme le communiqué, qui s’interroge sur la présence parmi les manifestants de « plusieurs membres du gouvernement marocain ».

Le SG de l’ONU a demandé au ministre marocain de s’assurer que « l’ONU soit respectée au Maroc », ajoute le texte. Il a aussi réitéré son appel à des « négociations de bonne foi et sérieuse, sans condition préalable, pour faire des progrès aussi vite que possible » dans ce dossier.

Le Maroc traverse une période de tensions avec le SG des Nations unies, Ban Ki-moon. Pour rappel, le SH de l’ONU avait effectué une visite début mars dans un camp de réfugiés sahraouis dans l’espoir de faire avancer le règlement d’un conflit qui dure depuis quatre décennies. 

So n périple l’a conduit en Mauritanie, à Tindouf dans les camps des réfugiées et en Algérie. Les autorités marocaines ont refusé de recevoir le SG de l’ONU arguant d’un agenda chargé du roi Mohamed VI.

En revanche, le gouvernement marocain n’a pas manqué de dénoncer des « dérapages verbaux, faits accomplis et gestes de complaisance injustifiés » du SG de l’ONU lorsqu’il a prononcé le mot « occupation » pour décrire le statut du Sahara occidental. 

Ban Ki moon a accusé Rabat d’avoir cherché à représenter de manière « délibérément erronée » les objectifs de son voyage et a réaffirmé qu’il « s’en tenait strictement au mandat donné par le Conseil de sécurité » pour régler ce conflit. Il a aussi réitéré son appel à des « négociations de bonne foi et sérieuse, sans condition préalable, pour faire des progrès aussi vite que possible » dans ce dossier. 

Lors de ce rassemblement organisé par l’USFP, les manifestants ont déployé des banderoles ou il est mentionné que les wilayas de Tindouf, Kenadsa, Tidikel et Hassi Beida comme étant des territoires marocains. Pour l’instant les autorités algériennes n’ont pas réagi à cette énième provocation, devenue une habitude chez le voisin de l’ouest de charger l’Algérie dès qu’il est en déroute diplomatique. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email