-- -- -- / -- -- --
Nationale

Balance commerciale de l’Algérie : Un déficit de 17,2 mds usd en 11 mois

Balance commerciale de l’Algérie : Un déficit de 17,2 mds usd en 11 mois

Le déficit de la balance commerciale de l’Algérie s’est encore creusé à 17,2 milliards de dollars (mds usd) sur les onze premiers mois de l’année, contre un déficit de 15,39 mds usd à la même période de 2015.

Le déficit s’est donc approfondi de 11,76%, selon les statistiques des Douanes. A l’origine de ce déficit important, la chute brutale des exportations nationale, constituées essentiellement des hydrocarbures et dont les recettes globales se sont chiffrées à 25,58 mds usd, contre 32,06 mds usd générées à la même période de 2015.

« Cette baisse des exportations durant la période considérée a atteint donc 6,48 mds usd, soit 20,22%, a-t-on déduit. Les importations, censées être réduites dans le cadre de la rationalisation des dépense, pour atténuer l’impact de la baisse des prix de l’or noir, n’ont pas atteint le niveau escompté pour permettre à l’Algérie de réaliser un excédent du solde de la balance commerciale, ou du moins un équilibre entre les exportations et les importations.

En effet, en observant les achats nationaux de l’étranger bien qu’ils aient été réduits, en s’établissant à 42,78 mds usd contre 47,45 mds usd durant la même période de l’année écoulée, la baisse n’est que de 4,67 mds usd, soit 9,85%.

Les exportations n’ont assuré la couverture des importations qu’à hauteur de 60 % durant les onze
premiers mois de 2016 contre 68 % à la même période de l’année écoulée.

Les exportations des hydrocarbures, qui ont représenté 93,97% du total des exportations, ont diminué de 6,26 mds usd en s’établissant à 24,03 mds usd, contre 30,3 mds usd engrangés à la même période de 2015, indique les statistiques douanières en précisant que la baisse a été de 20,66% entre les deux périodes comparées.

Quant aux exportations hors hydrocarbures, qui ne représentent qu’une infime partie des exportations nationales (6,03% du montant global des exportations), elles ont encore diminué à 1,54 milliard usd contre 1,76 milliard usd, soit une baisse de 12,7%, précise-t-on.

Les exportations hors hydrocarbures sont composées essentiellement des demi-produits avec 1,12 md usd (contre 1,42 md usd), des biens alimentaires avec 281 millions usd (contre 220 millions usd), des produits bruts avec 75 millions usd (contre 97 millions usd), des biens d’équipements industriels avec 48 millions usd (contre 18 millions usd) et des biens de consommation non alimentaire avec 15 millions usd (contre 11 millions usd). 

La facture alimentaire réduite à 7,53 milliards de dollars 

Pour ce qui est des importations, tous les groupes de produits ont connu une baisse entre début janvier et fin novembre de l’année en cours, sauf pour les produits bruts qui ont connu une hausse de 0,21%.

Les importations des produits alimentaires ont ainsi reculé à 7,53 mds usd (contre 8,49 mds usd), les biens d’équipements industriels à 14,07 mds usd (contre 15,62 mds usd), les biens d’équipements agricoles à 460 millions usd (contre 618 millions usd), les demi-produits à 10,5 mds usd (contre 11,03 mds usd), les produits bruts à 1,41 md usd (contre 1,40 md usd) et les biens de consommation non alimentaires à 7,58 mds usd (contre 7,96 mds usd).

L’Italie premier client de l’Algérie, la Chine son premier fournisseur

L’Italie a préservé sa place traditionnelle en tant que premier client de l’Algérie au cours des onze premiers mois 2016, en absorbant 4,41 mds usd des exportations nationales, soit 17,24% des exportations globales algériennes durant cette période.

Elle est suivie de l’Espagne, de la France des Etats-Unis et du Canada qui ont importé pour des montants respectifs de 3,24 mds usd (12,67%), 2,95 mds usd (11,53%), 2,79 mds usd (10,9%) et 1,25 milliard usd (4,91%). Pour ce qui est des importations, la Chine reste en tête des pays fournisseurs de l’Algérie avec 7,7 mds usd.

Ce qui représente 18,01% des importations globales algériennes entre janvier et novembre. Vient la France avec 4,37 mds usd (10,22%), suivie de l’Italie avec 4,26 mds usd (9,96%), de l’Espagne avec 3,29 mds usd (7,71%) et de l’Allemagne avec 2,7 mds usd (6,34%).

Seulement 59% des exportations payées cash

Sous l’effet de cette baisse spectaculaire des rentes générées par le pétrole et le gaz, dont l’économie nationale en dépend quasi totalement, l’Algérie ne peut plus payer cash la totalité de ses achats de l’étranger.

Les données des Douanes indiquent que sur les 42,78 mds usd d’importations enregistrées, un montant de 25,3 mds usd seulement a été payé cash, ce qui représente 59,2% des importations globales.

« Il y a un recul de 9,6% des règlements cash par rapport à la même période de 2015 », a-t-on noté. Par ailleurs, les lignes de crédit ont financé les importations nationales à hauteur de 37,08% pour un montant de 15,86 mds usd (baisse de 11,2%), tandis que les comptes en devises propres ont financé à hauteur de 3 millions usd (baisse de 82,3%). Le reste des importations a été financé par le recours à d’autres moyens de paiement à hauteur de 1,56 md usd (en hausse de près de 3%).

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email