-- -- -- / -- -- --
Nationale

Baisse de la production apicole à Tizi-Ouzou

Baisse de la production apicole à Tizi-Ouzou

La production apicole en 2018 dans la wilaya de Tizi-Ouzou a connu une nette baisse par rapport à l’année 2017. Au cours de l’année qui vient de s’écouler, la production a été de 2 640 quintaux alors qu’en 2017 elle a été de 3 190 quintaux, soit une baisse de 550 quintaux.
En revanche, l’année 2018 a connu une production d’essaims jamais enregistrée jusque-là.

Ce n’est pas moins de 58 000 essaims qui ont été produits. « C’est un record », nous a déclaré,ce lundi, Tarik Ben Abdelaziz, cadre à la DSA, à l’occasion de l’inauguration de la foire du miel qui durera jusqu’au samedi 12 janvier 2019 et qui se tient à la place de l’ex-Mairie (Tizi-Ouzou). Notons qu’à cette manifestation, inaugurée en milieu d’après-midi par Abdelhakim Chatter, ont pris part 23 apiculteurs. Cette foire du miel, devons-nous est organisée par la Chambre d’agriculture et l’association des apiculteurs de la wilaya en collaboration directe avec l’Interprofessionnel de l’apiculture. Au-delà de l’aspect organisationnel, il y a lieu de relever que l’achat de miel, comme les années précédentes, n’est pas du tout à la portée des bourses moyennes. Le miel récolté en haute montagne coûte 5 500 DA le kilogramme.

Celui ordinaire coûte entre 3 000 et 4 500 DA. A comprendre par le miel ordinaire celui récolté dans les plaines et obtenu à partir du butinage de la fleur saint-foin par les abeilles. En revanche, dans les hautes montagnes, les abeilles butinent des fleurs sauvages lesquelles seraient saines de toute pollution. Aussi, les clients ne se sont pas bousculés pour l’achat de ce produit qui sous d’autres cieux est considéré comme un aliment ordinaire. A l’arrivée du wali sur les lieux de la manifestation, seuls les flagorneurs se sont pressés autour de lui pour donner l’impression que cette manifestation a attiré un nombreux public. D’ailleurs, juste après son départ, les manifestants étaient restés presque seuls sur la placette.

Cependant pour cette année, à défaut de vendre leur miel en quantité souhaitée, les apiculteurs peuvent toujours tirer quelque bénéfice de la commercialisation des essaims. Le prix d’un essaim varie entre 1 000 et 2 500 DA. La variation des prix obéit aussi à la logique de l’espace où est produit l’essaim. Celui des hautes montagnes coûte également plus cher que celui des plaines.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email