-- -- -- / -- -- --
Nationale

Baisse de la délinquance juvénile à Annaba

Baisse de la délinquance juvénile à Annaba

Le phénomène de la délinquance juvénile est en train de diminuer de façon importante à en croire des sources policières.

Ainsi, en quinze jours, du 4 au 26 avril, 11 cas ont été présentés au juge pour mineurs, qui a décidé la mise sous mandat de dépôt d’un jeune de 17 ans pour vol avec agression. Selon nos mêmes sources, les bandes de mineurs qui hantaient certaines rues de la ville et en particulier la proximité de la gare ferroviaire, ont complètement disparu.

Certains ne dépassaient guère les dix ans, et  dormaient à longueur d’années à la belle étoile, se shootaient à la colle, et participaient à des agressions, et en particulier aux délits de vol, encadrés par  des adultes.  « Ils ont grandi et malheureusement, ils  figurent aujourd’hui sur les listes des harraga, tandis que certains, impliqués dans des agressions aux biens et aux personnes,  sont en prison », a déclaré au jeune-indépendant, un buraliste en face de la gare.

Ceux qui ont repris la « relève » dans le domaine de la délinquance juvénile sont beaucoup moins nombreux. Ces sont les parents qui sont plus conscients de leurs responsabilités aujourd’hui, et en particulier au fait qu’ils sont pénalement et surtout financièrement responsables des délits  occasionnés par leurs enfants.

Les mineurs trouvés en vagabondage la nuit dans les rues,  sont appréhendés et ramenés  la nuit même au domicile parental par les policiers qui remettent une convocation de la brigade aux parents pour le lendemain.

Ces derniers doivent venir obligatoirement accompagnés de leurs enfants en faute, afin d’avoir un entretien avec les psychologues de la brigade des mineurs, qui mettent les parents devant leurs responsabilités, en tentant de trouver des solutions aux problèmes à l’origine de cette délinquance de leurs progéniture.

A cela il faut ajouter que les fugueurs très nombreux qui viennent à Annaba en particulier durant la saison estivale et la rentrée scolaire pour fuir une scolarité boitillante, sont remis, par voie judiciaire à leurs parents par des policiers qui les ramènent chez eux, en ayant un sérieux entretien avec leurs parents ».

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email