-- -- -- / -- -- --
Monde

Baghdad donne un ultimatum aux sécessionnistes kurdes

Baghdad donne un ultimatum aux sécessionnistes kurdes

Un haut responsable sécessionniste kurde a affirmé que les forces armées irakiennes avaient donné aux indépendantistes kurdes jusqu’à samedi soir pour se retirer sur leurs positions d’avant 2014 dans la riche province pétrolière irakienne de Kirkouk.

Profitant, il y a trois ans, du chaos né de la percée fulgurante des terroristes de Daesh, les combattants kurdes, soutenus par les Etats-Unis et Israël, s’étaient largement avancés dans cette province.

« Le temps imparti aux peshmergas (combattants kurdes) pour revenir à leurs positions d’avant le 6 juin 2014 et remettre ces bases aux forces gouvernementales s’achèvera dans la nuit » de samedi à dimanche, a déclaré samedi ce haut responsable qui s’exprimait sous le couvert de l’anonymat. Le gouvernement irakien n’avait pas confirmé cette information samedi matin.

Les observateurs estiment que l’armée irakienne souhaiterait ne pas faire une telle annonce pour pouvoir être efficace dans son intervention. « L’effet surprise apportera certainement un résultat probant. Baghdad veut récupérer cette région le plus vite possible, il n’y a plus de temps pour cela », souligne un diplomate en poste dans la capitale irakienne.

La déclaration du haut gradé de l’armée irakienne intervient alors que le président irakien Fouad Massoum, lui-même kurde mais foncièrement contre la « division » de son pays, s’est rendu vendredi soir à Souleimaniyeh au Kurdistan pour y rencontrer des responsables. Aucun détail sur la teneur de leurs discussions n’a filtré.

Cependant, certaines sources font savoir que le chef de l’Etat irakien n’a pas fait dans la dentelle. « Fouad a sommé les ‘’rebelles’’ de rentrer dans les rangs de la ‘’Mère patrie’’ immédiatement, sinon des mesures seront prises », a indiqué une source diplomatique. 

Plus tôt dans la journée, les forces irakiennes avaient repris sans combat des positions occupées depuis 2014 par les peshmergas kurdes dans le sud de la province de Kirkouk, que le ‘’Kurdistan irakien’’, une entité fortement soutenue par Israël, dispute aux autorités à Bagdad.

La ville irakienne d’Erbil que les kurdes prennent pour leur capitale est en crise ouverte avec Bagdad depuis son « référendum d’indépendance » tenu le 25 septembre contre l’avis des autorités centrales, mais encouragé discrètement par les Etats-Unis, l’Union européenne et l’entité sioniste. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email