Baccalauréat 2022 : Top départ ce dimanche pour plus de 700 000 candidats   – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Baccalauréat 2022 : Top départ ce dimanche pour plus de 700 000 candidats  

Baccalauréat 2022 : Top départ ce dimanche pour plus de 700 000 candidats  

Après des mois de persévérance et de labeur, l’heure du grand rendez-vous pour les candidats au baccalauréat a sonné. Ils sont plus de 700 000 candidats concernés par les épreuves du bac session 2022, qui débutera ce dimanche.

Les épreuves du baccalauréat, se dérouleront sur cinq jours, soit du 12 au 16 juin en cours, à travers plus 2 500 centres répartis sur tout le territoire national. 

Pour la troisième année consécutive, les épreuves du bac se dérouleront dans des conditions exceptionnelles, marquées par la mise en place d’un protocole sanitaire strict, qui sera imposé aux candidats et au personnel administratif ‎ durant tout le déroulement des épreuves, afin d’éviter tout risque de propagation de la Covid-19.

En prévision de ce rendez-vous important, les centres d’examen ont été inspectés et sont parfaitement aménagés pour accueillir les candidats et assurer le déroulement des épreuves du Baccalauréat dans un « climat sûr et serein ».

Aucun changement n’a été entrepris sur le déroulement des examens du Bac cette année par rapport aux années précédentes. Les candidats auront deux sujets au choix dans chaque matière, avec une demi-heure additionnée dans le temps de réponse, en sus du temps réglementaire pour chaque matière.

Pour ce qui des sujets d’examen, le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, avait assuré récemment qu’ils « seront abordables et à la portée des candidats » et porteront sur les cours dispensés en présentiel dans les établissements scolaires durant les trois trimestres, appelant à « ne pas prêter attention aux rumeurs » notamment celles relayées sur les réseaux sociaux.

En prévision de ces examens, le premier responsable du secteur avait également recommandé aux parents d’accompagner leurs enfants sur les plans psychologique et pédagogique et de les encourager à la persévérance, assurant que « les sujets sont sous haute sécurité et aucune fuite n’est possible ».

Rappelant que les centres d’examen ouvriront leurs portes à 7h30 et les épreuves débuteront à 8h30 et, passé ce délai, l’accès au centre ne sera plus possible, notamment après fermeture du portail et ouverture des enveloppes des sujets.

Le dispositif de lutte contre la fraude comme les coupures de l’internet sera probablement reconduit, à  l’instar des années  précédentes.

Gare aux tricheurs…

A ce sujet, le ministre de l’Education n’a cessé de réitérer ses mises en garde contre toute tentative de perturber le bon déroulement des examens et notamment la diffusion de faux sujets de baccalauréat sur les réseaux sociaux à la veille de l’examen. Même si le phénomène de tricherie au baccalauréat via les réseaux sociaux a enregistré un déclin.

 « La loi sera appliquée strictement et en temps opportun à l’encontre de toute personne qui publie de faux sujets », a-t-il averti. 

Il a appelé aussi les directeurs de l’éducation à appliquer avec rigueur la loi criminalisant la fraude aux examens. Pour rappel, le code pénal amendé en avril 2020 criminalise l’atteinte aux examens et aux concours. Toute personne impliquée dans la fraude encourt des peines d’emprisonnement allant de 7 à 15 ans de prison, et ce pour toute personne causant l’annulation totale ou partielle des épreuves après avoir publié ou divulgué les questions ou les réponses de l’examen du baccalauréat. 

Le département de M. Belabed a précisé que les cas de tricherie aux examens du bac feront l’objet de mesures punitives. On parle aujourd’hui d’une peine allant d’une à trois années de prison, accompagnée d’une amende de 10 à 30 millions de centimes avec, notamment, la confiscation de tous les moyens utilisés pour commettre le délit de tricherie ainsi que la fermeture de la plate-forme ou du site internet sur lesquels ont été publiés les sujets.

D’autre part, une peine de 5 à 10 ans de prison et une amende de 50 à 100 millions de centimes sera prononcée à l’encontre d’une autre catégorie, et ce en cas de triche ou de complicité. Cela concerne le personnel administratif chargé de préparer et d’organiser les épreuves du bac.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email