-- -- -- / -- -- --
Nationale

Bac : session exceptionnelle pour les retardataires

Bac : session exceptionnelle pour les retardataires

Sur ordre du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, près de 10 000 retardataires à l’examen du bac 2017 pourront se rattraper par une autre session exceptionnelle.

Le Premier ministre Abdelmadjid Tebboune l’a annoncé vendredi soir à l’APN en indiquant que cette session spéciale du baccalauréat sera organisée, sur ordre du président de la République Abdelaziz Bouteflika, pour les candidats qui ont été recalés de la première session pour cause de retard.

Tebboune, qui a fait cette annonce devant les députés de l’Assemblée populaire nationale (APN) avant de commencer à répondre aux questions et aux préoccupations des parlementaires de la chambre basse au sujet du plan de travail de son gouvernement, n’a cependant pas donné de précisions sur la date de cette cession exceptionnelle.

Le chef de l’exécutif a souligné par ailleurs que le épreuves du baccalauréat sont accordées aux seuls candidats ayant rejoint en retard leurs centres d’examen, précisant qu’il ne s’agit pas d’une « nouvelle session de l’examen ».

Mais à l’évidence, cette « session extraordinaire » ne s’adresse pas uniquement aux retardataires, mais représente également une deuxième chance pour tous les lycéens qui ont eu des empêchements majeurs indépendants de leur volonté les empêchant de participer aux épreuves de juin comme par exemple les candidats qui ont eu un accident, une maladie, ou le décès d’un proche.

« Toutes les prérogatives ont été accordées à la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, pour l’organisation physique de cette session extraordinaire qui aura lieu selon la même rigueur », a assuré le ministre. La session du bac 2017, qui s’est déroulée du 11 au 14 juin, a été marquée par l’absence de 10 000 candidats aux examens.

Ces candidats pour la plupart ont raté leur examen cette année pour cause de retard. « C’est une session pour les candidats qui n’ont pas pu passer leurs examens à cause du retard qu’ils ont mis pour rejoindre les centres d’examens », relevant qu’ils étaient près de 10 000 à être concernés par cette épreuve.

Le Premier ministre a indiqué, par la même occasion, que « le président de la République a entendu les doléances des parents d’élèves et il a ordonné au gouvernement de préparer une session spéciale pour ces retardataires », écartant ainsi la tenue d’une session spéciale pour tout le baccalauréat. Lors de la session juin qui s’est déroulée sous haute surveillance pour éviter les fuites des sujets et les tentatives de fraude, Benghebrit a insisté sur la ponctualité des candidats qui devaient se présenter à leur centre d’examen à 9 heures.

Aussi, une instruction ferme a été donnée de ne plus laisser les candidats retardataires accéder aux salles d’examen après 9 heures. Résultat, sur les 761 701 candidats, le nombre de retardataires – exclus de fait – était de 2%. Un taux proche des niveaux enregistrés lors des précédents examens du bac.

La ministre de l’Education nationale avait exclu la tenue exceptionnel d’un bac pour 2017. « Les candidats retardataires c’est comme les voyageurs qui ont raté leur avion, ils sont dans l’obligation d’attendre la nouvelle session », avait-elle tranché. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email