bac : Des sujets abordables pour le premier jour  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

bac : Des sujets abordables pour le premier jour 

bac : Des sujets abordables pour le premier jour 

Dure sera cette semaine pour les 740 000 candidats au baccalauréat session juin 2022. Les épreuves de l’examen le plus redouté ont débuté, ce dimanche, à travers l’ensemble du territoire national. Bien sûr, la fameuse coupure d’Internet, qui a pénalisé plusieurs usagers, était aussi au rendez-vous.

Pour éviter la tricherie et la fuite des sujets d’examen du baccalauréat, les autorités ont décidé, comme chaque année, de couper l’Internet, et ce en dépit des désagréments que cela pourrait causer aux citoyens. Ces derniers doivent patienter jusqu’à jeudi, dernier jour des épreuves. 

C’est la fin de la période d’attente et de stress pour les candidats au baccalauréat. Les choses sérieuses ont commencé avec le début des épreuves, et pour les candidats, tout se jouera au cours de ces cinq jours d’examen. Le coup de starter des épreuves pour cette session du baccalauréat a été donné par Abdelhakim Belabed, ministre de l’Education nationale, depuis la daïra de Reggane, dans la wilaya d’Adrar, avec l’ouverture des plis contenant les copies de l’épreuve de langue arabe. Une épreuve qui a été facile, selon la plupart des candidats interrogés. 

A la sortie du lycée Khaled-El Djazairi, à Boudouaou, les candidats commentaient les épreuves de la matinée. Aussi bien pour la filière scientifique que celle littéraire, à 11h, les premiers candidats commençaient déjà à sortir. Le sujet de littérature arabe entre les mains, ils se sont accordés à dire que la première journée, durant laquelle sont programmées l’épreuve de langue arabe dans la matinée et celle des sciences islamiques dans l’après-midi, a plutôt été calme, en attendant de composer dans les disciplines les plus complexes, à savoir les maths, la physique et les sciences naturelles, ou encore la philosophie pour les littéraires. Paraissant calme et serein, Hocine, candidat en filière science expérimentale, estime que les épreuves les plus importantes et les plus dures pour les élèves des filières scientifiques auront lieu le deuxième jour, où les candidats devront passer l’épreuve de mathématiques. 

Pour le premier jour, le futur bachelier a indiqué que l’épreuve de langue arabe était abordable. « Les élèves qui ont travaillé pendant toute l’année ne devraient pas avoir de problème à l’aborder. J’avoue que j’avais le trac, surtout que mes notes, au cours de l’année, ont été juste moyennes dans cette matière », a-t-il souligné. « Je dois passer cet après-midi (dimanche après-midi, ndlr) l’épreuve des sciences islamiques et j’espère que le sujet sera facile à traiter », a-t-il ajouté. Un peu plus loin, au centre d’examen Mohamed-Mehssass, les avis des candidats de la filière philosophie étaient quelque peu mitigés. 

Commentant l’épreuve de littérature arabe, Islam, candidat en filière mathématiques techniques, et son ami Aymen ont confié au Jeune Indépendant que « le sujet était abordable mais le trac ne les a, à aucun moment, quitté ». Se tenant à l’ombre, Khaled et Zinou ont soutenu, pour leur part, que « le premier sujet était abordable, alors que le second était un peu difficile, ce qui les a poussés à choisir le premier ». 

Contrairement aux garçons, un groupe de filles a trouvé que le premier sujet était plus difficile. Pour ce qui est des conditions de travail dans les salles d’examen, les candidats ont été unanimes à dire qu’elles étaient acceptables. « Nous avons passé nos épreuves en toute tranquillité. Nous avons été surveillés par trois surveillants, qui nous ont aidés à nous déstresser », a assuré une candidate. « Nous avons bien travaillé. Les sujets étaient abordables mais il faudra attendre les résultats », a-t-elle ajouté.  

Le ministre a précisé, depuis Reggane, qu’aucun changement n’est à noter concernant le déroulement des épreuves du bac 2022. Les candidats auront, comme chaque année, le choix entre deux sujets pour chaque matière, avec l’ajout d’une demi-heure dans le temps de réponse, en sus du temps réglementaire pour chaque matière.

 

Les secrets de Anès, diabétique, pour décrocher le bac

Anès vient de fêter ses 18 ans. Inscrit au lycée Khaled-El-Djazairi, à Boudouaou, il n’a qu’un seul objectif : décrocher le bac, et il s’en donne les moyens. Il a commencé ses révisions dès le début de l’année, tout en étant diabétique et insulino-dépendant. Il n’éprouve pas de stress ou de doute quant à ses capacités. Atteint de diabète depuis l’âge de 13 ans, après avoir subi un choc émotionnel, Anès a appris à vivre avec son diabète. « Au début, j’avais du mal à accepter ma maladie. Je me sentais différent des autres enfants de mon âge. Je n’avais pas le droit de manger de sucreries et j’étais devenu dépendant de l’insuline », a révélé Anès au Jeune Indépendant. « Aujourd’hui, je me suis réconcilié avec mon diabète et j’essaie de gérer mon quotidien et d’éviter toute source de stress qui risquerait de chambouler ma glycémie », a-t-il poursuivi. 

Le jeune garçon, qui passe le bac, a livré au Jeune Indépendant son secret pour bien préparer son examen du bac et garder l’esprit serein. « Psychologiquement, je me sens plutôt serein et je suis confiant pour ce qui va arriver. C’est un examen de fin d’année ; le travail et la bonne préparation durant toute l’année me permettront de ne pas paniquer avant les épreuves », a précisé Anès, qui a évoqué sa maladie et la façon dont il la gère. « Mon médecin m’accompagne toujours et me donne des conseils pour bien gérer mon stress, bien que le travail fourni régulièrement durant toute l’année scolaire ne me donne pas de raison de stresser », a-t-il souligné. 

Pour bien comprendre les choses, le Dr Soraya Azouz, spécialiste en médecine interne, diabétologue et endocrinologue, a fait savoir que lorsqu’on est diabétique, ce genre d’événement s’anticipe. « Qui dit examen dit appréhension, parfois stress. Qui dit stress dit hyperglycémie et conditions non optimales pour obtenir les résultats escomptés », a-t-elle expliqué. 

Contactée par le Jeune Indépendant, la spécialiste a tenu à donner quelques conseils pour bien se préparer pour le jour de l’épreuve. Le sujet malade, estime Dr Azouz, doit prendre un petit déjeuner conséquent, avec un bon apport en glucides. Il doit également prévoir du sucre et une collation (compote, biscuits… pour prévenir l’hypoglycémie) et de quoi s’hydrater pendant l’épreuve. « Je conseille aux candidats atteints de diabète de contrôler leur glycémie avant l’examen afin d’éviter une hypoglycémie ou une hyperglycémie, et surtout de préparer la veille une trousse avec le matériel nécessaire et des piles de rechange », a-t-elle conclu.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email