Avec Mahrez, Chaibi et les autres, la crise en E.N marque un nouveau tournant – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Sports

Avec Mahrez, Chaibi et les autres, la crise en E.N marque un nouveau tournant

Avec Mahrez, Chaibi et les autres,  la crise en E.N marque un nouveau tournant

Décharger Djamel Belmadi de la crise vécue par l’Equipe nationale, par les temps qui courent, se paie cash. Mahrez, le capitaine emblématique de la sélection qui s’est signalé au retour de Côte d’Ivoire par une position d’homme en reconnaissant une « grosse part de responsabilité des joueurs dans l’échec lors de la dernière édition de la CAN, en janvier dernier avec une élimination précoce dès le 1er tour », dit avoir pris note après sa mise à l’écart.

Compris le message lancé par Vladimir Petkovic le mettant hors groupe et signant peut-être la fin d’une belle aventure en Vert. Une retraite internationale prématurée

Dans une récente sortie médiatique, le latéral gauche de l’EN, Rayan Ait- Nouri, a saisi l’occasion pour adresser un hommage vibrant à son ancien coach de la sélection, Djamel Belmadi. Très reconnaissant pour ce dernier, le joueur de Wolverhampton et un des meilleurs à ce poste en Premier League anglaise à l’arrivée de la saison 2023-2024 qui vient de prendre fin donc sur une belle distinction, a pris le . . . risque de souligner le rôle prépondérant dans la construction d’un onze national performant et par ricochet, ses mérites de « technicien hors pair » voué aux gémonies depuis avant d’être, suprême ingratitude, sorti par la petite porte.

Avec quelques rappels qui ont le mérite d’être clairs, en poursuivant justement à l’endroit des mémoires oublieuses et des amnésiques à l’origine de ce qui s’apparente à un véritable complot ou, à tout le moins, un règlement de comptes visant un entraîneur qui dit-il, « a accompli avec l’Algérie de grandes réalisations ». Citant, par exemple, « la victoire en Coupe d’Afrique des Nations en 2019 en Egypte et la série historique d’invincibilité. »

Un message fort dans lequel il reconnaîtra, par ailleurs, la part de « responsabilité des joueurs dans l’élimination précoce de l’EN lors de la CAN 2024, en Côte d’Ivoire » qui, quoi qu’on dise, assume-t-il, est « un échec collectif car nous, en tant que joueurs, portons une grande part de responsabilité dans ce qui s’est passé ».

Propos plutôt courageux pour ce jeune et talentueux joueur dans un contexte où il ne semble pas bon d’afficher son « soutien » justement à Belmadi dont l’œuvre prend un goût d’inachevé. Dont on oublie les mérites. Et la question qui se pose, ou s’impose après cette position qui l’honore, lui qui s’expose à la même sanction dont vient d’écoper la pépite Farès Chaibi qui vient de le vérifier à ses dépens pour avoir marqué son soutien à l’ancien patron de la barre technique des Fennecs, en sautant fatalement de la liste des « 25 » appelés à affronter, jeudi prochain (le 06 du mois de juin en cours ) à Alger, la Guinée, avant de rencontrer, à Kampala, l’Ouganda, le 10 juin, pour le compte des 3e et 4e journées des éliminatoires de la Coupe du monde 2026.

En rappelant que la révélation du club allemand, l’Eintracht Frankfurt, n’avait apparemment pas mesuré la « gravité » de ses propos en évoquant son désormais ex-coach en vert. Avant Chaibi, et peut-être Ait Nouri, passé miraculeusement cette fois par les mailles du filet de la grande lessive entamée depuis le retour de Bouaké.

Sofiane Feghouli suivi d’Islam Slimani, puis Belaïli et enfin Ryad Mahrez, dans l’œil du cyclone, ont pris la porte même si les raisons de cette mise à l’écart qui ne dit pas son nom, diffèrent mais répondent à la même logique : tourner, quoi qu’il advienne, la page Belmadi et ses « soutiens » dans l’effectif.

Quitte à faire scandale auprès de l’opinion publique à l’image de l’éviction, avant cette fenêtre-Fifa très importante pour l’avenir du « Club Algérie » sur la route du Mondial, du duo Chaibi (une victime collatérale) – Mahrez que tout le monde savait en « danger » et recalé au final.
La fin d’une belle aventure pour un talent qui ne court pas les rues mais qui rêvait d’un vrai « happy end ». On achève bien les héros chez nous . . .

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email