-- -- -- / -- -- --
Nationale

Automobile: Encourager la sous-traitance

Automobile: Encourager la sous-traitance

Les textes d’application des mesures d’incitation à l’activité de sous-traitance dans la filière de production de véhicules ont été finalisés récemment, a indiqué ce dimanche Mustapha Abdelkrim, conseiller au cabinet du ministère de l’Industrie et des Mine

En outre, les détails des taux progressifs d’intégration nationale seront fixés par un arrêté interministériel qui a également été finalisé, selon le même responsable qui a précisé que le calcul de ces taux prendrait en considération le nombre d’emplois créés par les usines de montage.

A ce titre, l’hôte de la Chaîne 3 a rappelé que le cahier des charges publié en décembre dernier exige que toute société de production et de montage est tenue d’atteindre un taux d’intégration minimum de 15% après la troisième année d’activité et de 40% à 60% après la cinquième année. Ce même cahier des charges exige des constructeurs des véhicules, qui seront obligatoirement partenaires dans les usines de montage, de fournir une liste des sous-traitants qui accompagneront leurs projets en Algérie.

Lancée à partir de 2014, l’activité de montage, en CKD/SKD, de véhicules a atteint une cadence de production de 60 000 unités par an, selon le conseiller. Selon le même responsable, le montant des importations des kits CKD/SKD, destinés au montage des véhicules, s’est établi à « 1,6 milliard de dollars » à la date du 24 février 2018. « C’est tout à fait normal parce les usines, déjà en production depuis 2014-2015, sont montées en cadence avec un chiffre de 60 000 véhicules produits par an, et les nouvelles usines qui ont commencé en 2017 ont besoin d’importer des pièces pour le montage de leurs véhicules », a-t-il commenté. Il a rappelé le décret définissant les règles d’investissement qui a été promulgué le 28 novembre dernier, encourageant l’investissement et la sous-traitance dans le secteur mécanique. Il a aussi affirmé que l’objectif de l’Etat, « ce n’est pas ce montage automobile mais d’asseoir une véritable industrie automobile et d’aller à l’étape la plus importante qu’est la sous-traitance, afin de capter le maximum de valeur ajoutée en Algérie en créant un écosystème permettant d’asseoir une véritable industrie automobile.

Le conseiller au ministère prévoit une baisse de la facture des importations nationales en véhicules grâce à la progression de l’industrie automobile. « Avec l’augmentation progressive des taux d’intégration, la facture des véhicules importés, qui a dépassé parfois les 7 milliards de dollars, sera réduite », a-t-il prédit.

Le représentant du ministère de l’Industrie et des Mines a annoncé, par ailleurs, l’organisation, les 5 et 6 mars prochain, des premières Journées techniques nationales de la sous-traitance automobile. Plus de 500 participants prendront part à cette rencontre, « la première du genre », a-t-il précisé, en affirmant que ce sera là une occasion « pour écouter les préoccupations des sous-traitants et créer des relations d’affaires, avec certainement des contrats qui vont être signés à la fin de ces journées techniques ». Il a également annoncé plusieurs conventions de partenariat prévues avec des équipementiers en marge des Journées techniques sur la sous-traitance mécanique.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email