Augmentations des pensions de retraite  : L'expectative – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Augmentations des pensions de retraite  : L’expectative

Augmentations des pensions de retraite  :  L’expectative

Dans la perspective de relever le niveau de vie du citoyen et de protéger son pouvoir d’achat, le président de la République Abdelmadjid Tebboune a décidé des augmentations sur les revenus mensuels à partir de ce mois de janvier. Ces augmentations toucheront aussi bien les salaires des fonctionnaires que les allocations de chômage et les pensions de retraite. 

Si des détails ont été dévoilés sur certaines catégories, celle des retraités est restée dans le flou. Les retraités ne connaissent pas encore les taux de cette augmentation, ni la procédure de calcul, ni même la date exacte de versement de ces revalorisations avec rappel ou pas.

C’est cette situation qui a poussé l’organisation syndicale des retraités algériens (OSRAOSRA Organisation syndicale des retraités algériens) à demander des éclaircissements aux pouvoirs publics, réclamant plus de visibilité. 

Dans un communiqué rendu public, l’OSRA, qui estime devenir depuis le 07 juillet 2021, le seul syndicat porte-parole de cette catégorie, affirme qu’elle ne cesse de recevoir des interrogations sur sa page Facebook ou sur les numéros de téléphone des membres du bureau national, « mais malheureusement nous n’avons aucune réponse à leur donner. Nous avons essayé d’avoir plus d’informations, mais c’est le statu quo ». 

« Il est inconcevable que sur plus de 3 millions cinq cent mille retraités, seulement un million et demi connaissent exactement la valeur de leurs augmentations à partir du 1 janvier 2023 », a regretté l’organisation, qualifiant cette annonce d’augmentations des pensions de retraités de « demi- annonce », du fait qu’elle s’est contenté uniquement des pensions de moins de 20 000 DA. C’est ce qui a poussé l’OSRA à s’inquiéter et de s’interroger sur l’application de la loi n° 83-12 du 2 juillet 1983, modifiée et complétée, relative à la retraite, notamment son article 43.   

Les responsables d’OSRA estiment qu’ils sont dans une situation intenable, dans l’impossibilité de répondre aux doléances et autres interrogations, « D’un côté, tous les retraités l’interpelle (OSRA) à leurs problèmes auxquels elle ne peut donner suite, et d’un autre côté la tutelle continue à les ignorer ». L’OSRA dénonce « cette injustice dans la reconnaissance syndicale ainsi que la politique deux poids, deux mesures».                                                         

Par ailleurs, l’organisation s’inquiète du retard de l’annonce complète des augmentations et continue à revendiquer qu’un accompagnement de l’abolition de l’IRG pour les retraités sera une forte bouffée d’oxygène pour les pensionnés dont la chute de leur pouvoir d’achat est plus forte que les salariés.

Cette organisation insiste sur le fait que leur revalorisation non encore annoncée cette année est maigre par rapport aux augmentations des salaires, car, explique-t-elle, la loi n° 83-12 du 2 juillet 1983, modifiée et complétée, relative à la retraite, notamment son article 43 qui indexe les augmentations de salaire aux pensions de retraites a été de nouveau complétée par l’article 9 de la loi 99-03 du 22 mars 1999, pour ne prévoir qu’un taux de revalorisation annuelle. 

Cela s’est confirmé dans la dernière application des augmentations de salaire de l’année 2021-2022, dont les retraités n’ont pas bénéficiés et se sont contentés des faibles taux de revalorisation que la loi avait prévu.   L’OSRA a tenu à réitéré ses revendications, qui ne s’arrêtent pas uniquement aux augmentations des pensions de retraite. Il s’agit entre autres, du paiement des pensions sur la base de la meilleure année de travail et à 100 % du salaire, l’abolition de l’IRG, l’unification de toutes les caisses de retraite, la gratuité des transports en commun publics. 

Elle exige une revalorisation automatique des pensions annuelles sur la base de l’inflation réelle qui inclut tous les éléments pour une vie digne et n’affaiblit pas le pouvoir d’achat du retraité et pensionné. 

Pour permettre aux retraités de vivre dignement, l’OSRA estime que les retraités doivent bénéficier de la gratuité des vaccins, de tous les médicaments et thérapies modernes existantes. Elle exige également la construction de foyers pour personnes âgées, des maisons de retraite, des établissements pour personnes lourdement handicapées, pour malades mentaux, exclusivement publics et gratuits, dotés d’un personnel et d’équipements adéquats.  

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email