-- -- -- / -- -- --
Nationale

Augmentation des pensions de retraite : Colère des catégories non concernées  

Augmentation des pensions de retraite : Colère des catégories non concernées  

La mesure d’augmentation des allocations et pensions de retraite entrera en vigueur dès le mois de mars prochain, avec effet rétroactif à partir de janvier 2023. Cependant, ce ne sont pas tous les retraités qui sont concernés, selon le directeur général de la Caisse nationale des retraites (CNR), Djaafar Abdelli. Cela n’a pas manqué de susciter des incompréhensions, des déceptions et de l’indignation chez une bonne partie de cette catégorie.  

Pour protéger le pouvoir d’achat des seniors face à l’inflation actuelle, les retraites vont être augmentées sur décision du président de la République. Ladite augmentation concerne une catégorie spéciale de retraités, a précisé M. Abdelli, notamment ceux qui touchaient une pension variant entre 20 000 et 50 000 DA, sachant que la valeur de l’augmentation est comprise entre 2 000 et 4 000 DA. Autrement dit, ceux qui touchent une pension de plus de 50 000 DA ne sont pas concernés par cette mesure. Cela a créé un malaise certain et un sentiment d’injustice.

C’est cette situation qui a poussé l’Organisation syndicale des retraités algériens (OSRA) à qualifier cette décision de « discrimination ». L’organisation, en attente d’agrément par la tutelle, alerte les autorités sur cette déclaration qui ne concerne pas les retraités de plus de 50 000 DA. Elle continue à revendiquer l’abolition de l’IRG pour les retraités, ce qui pourrait, selon le syndicaliste Bachir Hakem, corriger une telle erreur.

Contacté par le Jeune Indépendant, ce retraité de l’éducation et porte-parole de l’OSRA a fait savoir que depuis l’annonce des augmentations de retraite, l’OSRA a demandé des éclaircissements aux pouvoirs publics, réclamant plus de visibilité sur le taux de ces revalorisations et sur les catégories qui vont en bénéficier. « Voilà que le directeur général de la CNR, nouvellement installé, donne des détails officiels sur les augmentations qui ne toucheront que les pensions de moins de 50 000 DA, et rien pour les autres », a-t-il déploré.

« Cette discrimination est une première en Algérie. Au moment où les salaires de plus de 50 000 DA seront augmentés au même titre que tous les autres salaires, au niveau des pensions, nous avons une discrimination entre ceux qui touchent plus de 50 000 DA et les autres », a-t-il souligné.

M. Hakem a fait savoir qu’à l’OSRA, tout le monde s’interroge sur les raisons de cette « discrimination ». Il affirme que l’OSRA, qui est devenue depuis le 7 juillet 2021 le seul syndicat porte-parole de cette catégorie, ne cesse de recevoir des interrogations sur sa page Facebook ou sur les numéros de téléphone des membres du bureau national. « Beaucoup de retraités, qui nous ont contactés pour dénoncer cette discrimination, menacent même de ne plus voter car, désormais, ils ont découvert qu’on n’utilise les retraités que pour les échéances électorales », a-t-il indiqué.

Le comble, a estimé Bachir Hakem, c’est la réponse du directeur général de la CNR, interrogé sur le sort des pensions de plus de 50 000 DA. Celui-ci leur a demandé d’attendre la revalorisation de mai 2023. « Ces déclarations annoncent une nouvelle “hogra”. Le DG de la CNR a oublié que les retraités n’ont pas perçu la revalorisation de mai 2022-mai 2023 », a-t-il indiqué.

  1. Hakem a tenu à réitérer les revendications de l’OSRA, qui ne s’arrêtent pas uniquement aux augmentations des pensions de retraite. Il s’agit, entre autres, du paiement des pensions sur la base de la meilleure année de travail et à 100 % du salaire, l’abolition de l’IRG, l’unification de toutes les caisses de retraite ainsi que la gratuité des transports en commun publics.

Elle exige une revalorisation automatique des pensions annuelles sur la base de l’inflation réelle qui inclut tous les éléments pour une vie digne et n’affaiblit pas le pouvoir d’achat du retraité et du pensionné.

Pour permettre aux retraités de vivre dignement, l’OSRA estime que les retraités doivent bénéficier de la gratuité des vaccins ainsi que de tous les médicaments et thérapies modernes existantes. Elle exige également la construction de foyers pour personnes âgées, de maisons de retraite, d’établissements pour les personnes lourdement handicapées et pour malades mentaux, exclusivement publics et gratuits, dotés d’un personnel et d’équipements adéquats.

Pour rappel, plus de 2 600 000 bénéficiaires d’allocations et pensions gérées par la CNR sont concernés par l’augmentation du seuil minimum de ces allocations et pensions, avec une incidence financière de 130 milliards de dinars, avait indiqué le DG de la CNR, M. Abdelli, soulignant que cette mesure englobait trois catégories.

La première concerne près de 317 000 bénéficiaires de l’allocation de retraite, dont la carrière professionnelle est inférieure à 15 ans, lesquels verront leur allocation augmenter à 15 000 DA.

La deuxième catégorie concerne 970 000 bénéficiaires des pensions de retraite, dont la carrière professionnelle est supérieure à 15 ans, dont le seuil minimum des pensions sera augmenté à 20 000 DA.

La troisième catégorie concerne près de 15 400 000 bénéficiaires dont les pensions de retraite oscillent entre 20 000 et 50 000 DA, lesquels bénéficieront d’une augmentation allant de 2 000 à 4 000 DA.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email