-- -- -- / -- -- --
Nationale

Au pied du mur de l’apartheid

Au pied du mur de l’apartheid

La délégation venue assister au 7e congrès de la femme saharienne sous le thème de « Akdim Pizik » (Pour toujours) a organisé samedi une marche de solidarité pour dénoncer le crime perpétré par le colonisateur marocain contre le peuple sahraoui.

Apres avoir parcouru plus de 100km, la délégation composée essentiellement d’associations et de représentants venus des quatre coins du monde, a traversé les frontières algériennes pour arriver au mur dit « mur de lamentations », qui sépare le territoire libéré et le territoire envahi par le Maroc.

Ce mur est bâti sur une longueur de 2 700 km depuis plus de 40 ans, a porté samedi un message traduit sous un slogan « mur de lamentations marocain, un crime odieux contre le peuple sahraoui », derrière le mur plus de 120.000 soldats marocains et devant, il faut le rappeler, on trouve plus de 7 millions de mines plantées sur des kilomètres à la ronde, et qui ont fait plus de 25.000 victimes et cela depuis 1991, la dernière victime Ahmed Sidi Moussa, décédé le 19 mars dernier dans la région de Midjek, après avoir accidentellement marché sur l’une de ces bombes artisanales.

Et pour faire face à ce phénomène qui prend de l’ampleur d’année en année, l’association « saharienne pour les victimes de mines » était présente sur les lieux pour apporter son soutien et son aide aux victimes « notre but est d’aider les victimes sur les plans moral et matériel, de sensibiliser les gens et surtout les enfants », a indiqué le président de cette association M. Aziz Haider lui-même victime.

Il ajoutera par la suite que cette association comme tant d’autres qui œuvrent pour la cause saharienne manque de ressources financières qui pourront l’aider à élargir son champ de sensibilisation et d’aide. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email