-- -- -- / -- -- --
MENASahel

Au moins cinq morts dans des manifestations au Tchad

Au moins cinq morts dans des manifestations au Tchad

Au moins cinq personnes ont été tuées mardi dans des manifestations sporadiques à N’Djamena et dans le Sud du Tchad, dénonçant un “coup d’Etat institutionnel” et une “succession dynastique” au pouvoir après la mort du président Idriss Déby Itno il y a une semaine.

“On dénombre au total quatre morts à N’Djamena”, dont une femme “tuée par les manifestants”, a indiqué Youssouf Tom, procureur de la capitale.

Plus tôt dans la journée, son homologue à Moundou, la deuxième ville du Tchad, à quelque 400 km au sud de N’Djamena, y avait aussi confirmé la mort d’un manifestant.

“Il y a eu un mort à Moundou, décédé ce matin dans les manifestations, nous n’avons pas encore les circonstances exactes du décès, c’est un jeune de 21 ans”, avait annoncé Ali Kolla Brahim, cité par les médias.

Des policiers ont tiré sur ce jeune qui venait de jeter une pierre sur leur voiture, a affirmé Ahmat Malloum, haut fonctionnaire responsable des médias d’Etat à Moundou.

Selon une ONG locale, la Convention tchadienne de défense des droits de l’Homme (CTDDH), neuf personnes ont été tuées, sept à N’Djamena, deux autres à Moundou.

Comme le faisait systématiquement son père le maréchal Déby, qui a dirigé le pays d’une main de fer pendant trois décennies, Mahamat Idriss Déby, qui a pris la tête d’un Conseil militaire de Transition (CMT), avait interdit les manifestations de mardi.

Le général Mahamat Idriss Déby, nouvel homme fort du régime, a promis dans un discours télévisé diffusé à la mi-journée d’organiser “un dialogue national inclusif” durant une période de transition de 18 mois.

“Le Tchad continuera à tenir son rang et à assumer ses responsabilités dans la lutte contre le terrorisme et respectera tous ses engagements internationaux”, a également déclaré le président du CMT.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email