-- -- -- / -- -- --
Nationale

Attaqué par ses adversaires Ouyahia réagit promptement

Attaqué par ses adversaires Ouyahia réagit promptement

Ouyahia reste droit dans ses bottes et n’entend pas se laisser intimider par ses adversaires au sein de son propre parti.
La compétition reprend de plus belle entre lui et le clan adverse emmené par Tayeb Zitouni, ancien président de l’APC d’Alger-Centre, Nouria Hafsi, présidente de l’UNFA, Mostafa Yahi, Mokhtar Boudina, Zoghbi Smati, Azzeddine Saâdi ou encore Ali Sahel, qui furent déjà à l’ origine de son éviction du RND en janvier 2013.

Mais cette fois-ci, le SG par intérim ne se laisse pas démonter. Il maintient la date du 5 au 7 mai pour le prochain congrès et passe outre les avertissements. « Certains signataires du communiqué sont des congressistes de droit.
Il leur appartient donc d’aller mesurer leur représentativité et promouvoir leurs vues au niveau de leur wilaya d’appartenance ou au niveau des pré-congrès régionaux qui les concernent, ou même devant le congrès extraordinaire. Ils feront face à la majorité qui est l’arbitre », souligne le communiqué signé par Ouyahia. Selon lui, « aucun groupuscule ni aucune minorité « n’imposera son diktat au sein du RND ». Le congrès extraordinaire du RND est maintenu entre le 5 et 7 mai prochain, a indiqué hier le parti dans un communiqué transmis à la presse nationale.
Le communiqué précise également que la réunion des congressistes au niveau de chaque wilaya se tiendra le samedi 9 avril et la réunion des congrès régionaux le samedi 16 avril « selon le rythme convenu » par la commission nationale préparatoire (du congrès) composée des deux tiers du conseil national. 

Un groupe de cadres du parti et d’anciens députés ont demandé le report de la tenue du congrès extraordinaire afin de revoir, selon eux, la préparation de cet important rendez-vous. Ce groupe emmené par de membres du Conseil national actuel et d’anciens députés, adversaires déclarés d’Ouyahia est monté hier au créneau pour exiger le report du congrès.

Ces frondeurs, qui ont tenu leur premier conclave le 4 avril passé, ne sont pas tous nouveaux. Ces cadres du parti s’élèvent contre de « graves dysfonctionnements » et des « dérives » qui auraient émaillé la préparation du congrès extraordinaire afin de se pencher sur tous les dépassements signalés et revoir totalement la préparation de cet important rendez-vous. Ils dénoncent également, dans un appel aux cadres et militants, les dépassements et les irrégularités commis par la commission nationale de préparation du congrès, que préside justement Ahmed Ouyahia, en sa qualité de SG par intérim.

Ces frondeurs parlent de « l’exclusion et de la marginalisation » de nombreux militants du parti et l’institution de la « cooptation et la désignation » comme moyen de sélection des congressistes. Ahmed Ouyahia fait l’objet d’une nouvelle action hostile dans ses propres rangs. Va-t-il se battre ou choisira-t-il la démission comme il l’avait fait en 2013 ?
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email