-- -- -- / -- -- --
Nationale

Arrestation du cerveau des fuites au MDN

Arrestation du cerveau des fuites au MDN

Considéré comme le cerveau des fuites au ministère de la défense, l’adjudant-chef à la retraite Guermit Bounouira, qui avait fui l’Algérie, est entre les mains des autorités et comparaîtra devant le juge d’instruction militaire lundi. C’est ce qu’a indiqué ce dimanche un communiqué des services de sécurité.

« Sur ordre du président de la République, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, et en coordination entre nos services de sécurité et les services de sécurité turcs, l’adjudant-chef à la retraite Guermit Bounouira, qui avait fui le pays, a été remis jeudi aux autorités. Il comparaîtra devant le juge d’instruction militaire lundi (NDLR : aujourd’hui) », précise le communiqué.

En Fuite en Turquie, l’ancien sous-officier a été interpellé en coordination avec les services de sécurité turcs puis extradé jeudi vers l’Algérie, ont précisé des sources sécuritaires. Il fera face à de graves accusations : détournement, fuite de documents et d’information confidentielle du ministère de la Défense nationale, selon le communiqué.

Bounouira qui était le secrétaire particulier du feu général de corps d’armée, chef d’Etat-major Ahmed Gaid Salah aurait mis à profit le poste qu’il occupait afin d’acquérir des biens tant en Algérie qu’à l’étranger.
Le mis en cause est également soupçonné d’être entré en contact avec des individus recherchés par la justice et en fuite à l’étranger afin de diffuser des informations et des des documentsfrappés du sceau du secret.

Depuis le début de l’année et sa fuite à l’étranger, l’adjudant-chef était présenté par certains activistes comme la boîte noire de l’ancien chef d’état-major.
Les spéculations étaient alors allées bon train concernant les circonstances et les raisons de sa fuite, la nature des documents qu’il a diffusés et le pays où il s’est réfugié.

Il est surtout reprochés à Bounouira d’avoir servi de courroie de transmission pour la diffusion de documents et d’informations confidentielles pour le compte de personnes établies à l’étranger et poursuivis par la justice algérienne, faisant ainsi de son cas une affaire d’Etat.
Ces personnes s’en sont servies pour les porter à la connaissance du large public via d’autres personnes activant sur les réseaux sociaux. Parmi ces personnes se trouvent des officiers supérieurs algériens établis à l’étranger, ajoutent les mêmes sources qui soulignent que le mis en cause était en liaison permanente avec l’ex-patron de la direction générale de la sécurité intérieure, le général Bouazza Wassini et l’ancien commandant de la gendarmerie nationale Ghali Belekssir.
Les mêmes sources indiquent, par ailleurs, que des complices de Bounouira en Algérie ont été également interpellés par les services de sécurité et traduits en justice.
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email