-- -- -- / -- -- --
Nationale

Arche de Noé, Nelson Mandela et autres sortilèges pour charmer l’électeur

Arche de Noé, Nelson Mandela et autres sortilèges pour charmer l’électeur

Jeudi 23 novembre, les Algériens auront à choisir leurs représentants aux assemblées populaires communales (APC) ainsi qu’aux assemblées populaires de wilaya (APW).

A une semaine de ce rendez-vous électoral, toutes les formations politiques y participant mettent les bouchées doubles afin de convaincre l’électeur. Cette échéance comporte 11 000 listes, d’où la férocité de la concurrence entre les candidats.

Plusieurs activités ont été organisées à travers le territoire national où les candidats des différents partis ont exposé des programmes très consistants en termes de projets et de réformes tous azimut, faisant rêver ainsi les populations locales. Il semble qu’à défaut d’une loi réglementant le contenu des affiches et autres actions de communication, tous les moyens sont bons pour ces candidats.

Le principal, à leurs yeux, est d’atteindre le maximum des voix électorales. En effet, durant vingt jours, le citoyen algérien en a vu de toutes les couleurs ! Alors que le désenchantement s’empare des Algériens, les candidats ont tendance à vouloir se démarquer en usant de toutes « les astuces » pour séduire. Des affiches montrant les postulants en tenue traditionnelle propre à la région où ils se présentent candidats.

D’autres ont redoublé d’imagination en optant pour le « faucon » pour exhiber leur « pouvoir magique » à apporter le changement. Pis encore, certains candidats libres usent de la religion pour jouer sur les sentiments des électeurs de façon grossière.

Effectivement, le chapelet, le tapis de prière et la mosquée forment l’arrière-plan d’une des affiches pour tenter de s’offrir en personne pieuse. Toujours dans les extravagances de la campagne électorale, le génie créatif des candidats n’a pas raté « l’Arche de Noé » et la personne de Nelson Mandela dans la conception de leurs affiches.

À travers cet usage, les représentants des partis se veulent, apparemment, des « sauveurs » ayant la « bonne foi » pour faire sortirla population locale d’une situation désastreuse à une situation meilleure, etc. L’insolite de cette campagne électorale ne s’arrête pas là. Si la plupart des candidats ont marqué une forte présence, d’autres n’ont mené aucune action de communication. Selon des sources.

Cela est dû aux malentendus minant certains partis. En somme, les observateurs estiment qu’à travers de telles affiches, les candidats sont loin de faire dans le marketing politique qui est une pratique légitime notamment en période de campagne électorale.
Ils considèrent qu’au lieu d’inspirer confiance et d’attirer le corps électoral, ils ne font que faire rire et parfois écœurer leur cible.

Avec leurs sorties occasionnelles, les partis composant le paysage politique national confirment, encore une fois, que la valeur du citoyen se résume à une simple voix à gagner pour arriver au pouvoir. Une telle vision émanant d’un partenaire principal dans la vie politique ne pourrait que la rendre de plus en plus morbide.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email