-- -- -- / -- -- --
Nationale

ArcelorMittal Algérie : Le bras de fer continue entre le syndicat et le DG d’AMPTA

ArcelorMittal Algérie : Le bras de fer continue entre le syndicat et le DG d’AMPTA

Rien n’indique que la grève enclenchée au mois d’avril dernier à l’unité d’ArcelorMittal Pipes et Tubes Algérie (AMPTA), va prendre fin et permettre aux travailleurs de rejoindre leurs postes de travail.

Mercredi, le collectif des salariés de l’unité de l’AMPTA a tenu sur le site de travail une assemblée générale au cours de laquelle il a été décidé de poursuivre le mouvement de protestation jusqu’à la satisfaction des revendications socioprofessionnelles et exprimé l’attachement au secrétaire général du syndicat et au président du comité de participation suspendus puis licenciés par les dirigeants de l’AMPTA.

Outre le recours à la justice pour grève illégale et le dépôt de plaintes à l’encontre de meneurs de la grève , la direction générale d’AMPTA vient d’adresser des mises en demeure aux 350 travailleurs, leur intimait de rejoindre leurs postes de travail sous 48 heures sous peine de faire l’objet d’un licenciement pur et simple .

S’agit-il d’un défi ou d’une intimidation de la direction générale d’AMPA ? Un licenciement collectif des travailleurs mettrait une fois pour toutes l’ex-Tuberie Sans soudure (TSS) dans une situation de paralysie générale de la production, comme celle du chômage technique qu’elle avait connu durant une certaine période avec l’absence totale de cahier des charges.

La tension persiste à l’usine ArcelorMittal Algérie (AMA) où est implantée l’unité AMPTA , contrairement au calme annoncé par certains medias qui font dans la désinformation en l’absence d’un travail de terrain et la manipulation des uns et des autres. Il est clair que les sit-in vont se poursuivre sur le site d’AMPTA et même devant le siège de la wilaya d’Annaba, conformément aux décisions de l’assemblée générale des travailleurs tenue hier.

C’est dire que la tension risque de prendre d’autres proportions plus inquiétantes, même si les éléments de la société de gardiennage et de surveillance (SGS) sont sur le qui-vive et veillent à la sécurité des installations industrielles.

Il faut signaler également la parfaite entente entre le syndicat et le comité de participation (CP) d’AMPTA. Ce qui laisse entendre que ce conflit social collectif va s’inscrire encore dans la durée dans le cas où les antagonistes campent sur leurs positions, chacun préférant défendre ses intérêts au détriment de ceux du pays.

Le nouveau wali, Youcef Chorfa, sollicité pour désamorcer ce conflit bien qu’il ne soit pas officiellement installé dans ses nouvelles fonctions, sera-t-il en mesure de le régler ? Les conflits sociaux collectifs qui ont éclaté depuis les années soixante-dix au complexe sidérurgique d’El Hadjar, ont fini par être réglés à la faveur du dialogue entre les gestionnaires et les délégués des travailleurs.

Le complexe, redevenu filiale du Groupe industriel public Sider avec 51 pour cent des actions contre 49 pour cent pour ArcelorMittal , numéro un mondial du fer et de l’acier, attend aujourd’hui la mise en œuvre d’un plan d’investissement de un milliard de dollars pour réhabiliter sa zone chaude, sans laquelle il n’a plus sa raison d’être.
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email