-- -- -- / -- -- --
Nationale

Arar se projette dans l’après élection

Arar se projette dans l’après élection

Certaines dynamiques de la société civile parmi celles qui s’inscrivent et se reconnaissent dans la voie privilégiant le processus électoral, se préparent d’ores et déjà en vue de se positionner dans l’Algérie de l’après élection.

C’est le cas du Forum civil pour le changement, l’un des initiateurs de la démarche ‘’commune’’ de la société civile ayant été sanctionnée par la conférence du 15 juin dernier, qui, selon son président Abderrahmane Arar, envisage d’organiser « une conférence nationale constituante », les 4 et 5 octobre courant. Il est prévu qu’elle se tienne à l’hôtel Mazafran, à l’ouest d’Alger et aura pour thème « le Hirak, processus de changement… la gouvernance politique pour l’Algérie nouvelle », indique un communiqué rendu public.

Face à une éventuelle reconfiguration du paysage du mouvement associatif et l’accélération des procédures en vue d’aller vers des élections présidentielles le 12 décembre prochain, Arar signifie à l’opinion publique qu’il veut se projeter dans « une nouvelle Algérie ». Cette initiative de vouloir s’imposer comme force de proposition n’est, en filigrane, qu’une tentative de sauvetage de son entité et le maintien son existence après les présidentielles. Des desseins qu’Abderahmane Arar veut « promouvoir » dans un emballage sous la forme « opter pour une politique générale et une stratégie pour la période 2020-2025 ».

L’On annonce, par ailleurs, plus de 400 participants venant des 48 wilayas et qui ont pris part aux discussions sur « le contexte politique actuel du pays » en prévision de la tenue de ladite conférence. Elle se déroulera, précise la même source, en cinq séances dont la séance phare sera ‘’Le Hirak, processus de changement … la gouvernance politique pour l’Algérie nouvelle’’, qui sera animée par des experts en droits et en économie.

Connu pour être un ‘’fervent défenseur’’ des thèses prônant le dialogue comme mécanisme à même d’apporter des solutions consensuelles aux différents problème, le président du Forum civil pour le changement explique que cette rencontre visera à « créer un dialogue politique entre les différents acteurs de la société civile, basé sur le principe du respect de l’opinion comme principe de la diversité et du droit à la différence ».

Pour ce qui est de la nature des participants, le communiqué note qu’ils sont essentiellement des représentants d’organisations, d’associations de la société civile, des universitaires, des journalistes, des juristes et des personnalités publiques.

En tout cas, tous les indices indiquent que le Forum civil est, visiblement, à pied d’œuvre afin de mobiliser le plus grand nombre de participants issus de divers horizons avec « une représention nationale », afin de donner du crédit à son initiative.

Le forum civil, pour rappel, avait participé à plusieurs rencontres tenues dans le cadre de l’initiative commune de la société civile, lancée quelque mois après le déclenchement du mouvement populaire du 22 février, dans le souci de proposer une feuille de route consensuelle comme sortie de crise. Aussitôt après la réunion du 15 juin passé, le Forum de Abderahamne Arar décide de se retirer de ladite démarche politique pour poursuivre le chemin ‘’en solo’’. Le 17 juillet dernier, Arar réapparaît sur la scène nationale et propose une liste de 13 personnalités nationales pour la conduite du dialogue national. Une liste dans laquelle le pouvoir a puisé pour composer le très controversé « panel de dialogue de Karim Younès », ainsi que la plupart des autres membres de l’Instance nationale de dialogue et de médiation (l’INDM) qui nageait, durant un mois et demi, à contre-courant du mouvement populaire. Dans ce sillage, il y a eu la mise en place de

l’autorité nationale indépendante des élections (ANIE), présidée par Mohamed Charfi, qui se charge actuellement des préparatifs des échéances présidentielles.

Il faut dire qu’à la veille de cette « conférence nationale constituante », aucune information n’a filtré sur une probable annulation de sa tenue, qui viendrait d’une quelconque problème d’autorisation, contrairement à celle du collectif de la société civile qui été reportée au 24 août passé au lieu du 17 août, ou encore la Convention nationale des forces de l’alternative démocratique reportée au 9 septembre au lieu du 31 août.

D’aucuns prédisent, d’ores et déjà, que l’hôtel Mazafran va porter sa bénédiction à l’initiative du Forum civil pour le changement, et Arar va réussir là où les Forces du changement pour le triomphe du choix du peuple issues des deux initiatives dites Mazafran 1 et 2 ont échoué.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email