-- -- -- / -- -- --
Nationale

Aqmi-Boko Haram-Daech le trio nuisible

Aqmi-Boko Haram-Daech le trio nuisible

La relation entre Al Qaida au Maghreb Islamique (Aqmi) et le Groupe Islamique des Combattants Libyens s’est précisée avec l’attaque avortée contre le général de l’armée libyenne Haftar qui a échappé miraculeusement à un attentat suicide. L’Aqmi avait menacé le général libyen de représailles lorsqu’il a déclaré la guerre aux terroristes, notamment Ansar Alsharia.

Une nouvelle jonction vient de naître entre les groupes terroristes d’Al Qaida au Maghreb Islamique (Aqmi), Boko Haram et Jound El Khilafa, au lendemain de la triple attaque suicide perpétrée le 15 juin à N’djamena, capitale de Tchad, contre le commissariat central, l’Ecole de police et un site au quartier Farcha qui a fait 23 morts et plusieurs blessés. 

En effet, le triple attentat kamikaze a dévoilé la jonction des trois groupes terroristes qui se sont alliés sous un seul mot d’ordre, combattre sous un seul drapeau. Chacun des trois groupes armés a son propre intérêt. Pour Boko Haram, l’attaque meurtrière de N’djamena est une preuve flagrante qui confirme les intentions de cette organisation de se rapprocher du Sahara algérien. 

Et pour y arriver, l’organisation terroriste nigériane a choisi s’allier avec Aqmi et Jound El Khilafa pour pouvoir s’implanter en Algérie et préparer d’autres attaques au Niger et au Tchad. Puis, viendrait le tour de l’Algérie que vont sans doute tenter de frapper les trois nébuleuses. En face, l’Etat Islamique ou Daech est en train de s’installer en Libye. Daech est, aujourd’hui, devenu une sérieuse menace pour l’ensemble du Maghreb.

D’ailleurs l’intervention sur ce plan du commandant de l’Africom aux pays du Maghreb est une autre preuve de cette menace potentielle. En d’autres termes, Daech est en train de préparer son expansion vers l’Afrique du Nord, notamment le Maghreb, via la porte libyenne.

Face aux multiples menaces des différents groupes terroristes, les forces de sécurité algériennes sont sur le qui-vive. Aux frontières, dans les aéroports et même sur les voies maritimes, la vigilance est en mise devant une éventuelle attaque surprise qui peut être déclenchée par les groupes terroristes qui s’autoproclament appartenir à Daech.

Les forces de sécurité algériennes ont depuis longtemps mis en garde contre la menace terroriste depuis l’éclatement du conflit en Libye en janvier 2012, et ont anticipé en renforçant leur opération et leurs présences dans le sud algérien. 

Une menace qui s’est traduite, plus tard, par l’apparition des Jound El Khilafa, auteur de l’enlèvement de l’alpiniste français Hervé Gourdel décapité par l’émir de ladite organisation Abdelmalek Gourdi et ses sbires.

Ce chef terroriste a été abattu, en décembre 2014, dans une opération aux Issers, à Boumerdès, et qui s’est soldée par l’anéantissement de l’émir des Jound El Khilafa et de deux de ses compagnons. Poursuivant leurs coups sévères aux groupes affiliés à Daech, les forces de sécurité ont décapité le reste des Jound Al Khilafa, en mai passé, avec la mort de 25 éléments dont des émirs à Bouira.
La jonction entre Boko Haram et Daech, en passe d’être réalisée !

La menace Boko Haram pèse lourdement sur le Nigeria, le Cameroun, la République Centrafricaine et d’autres pays de l’Afrique de l’Ouest, et elle pèsera davantage sur les pays du Maghreb si jamais Boko Haram fusionnait avec Daech. Les récents attentats suicides perpétrés au Tchad ont soulevé une grande inquiétude chez les Etats africains qui voient en Boko Haram une sérieuse menace sur leur sécurité.

Ce triple attentat en plein cœur du Tchad interpelle quant à une possible connexion dans un très proche avenir entre Boko Haram et Daech, organisation qui se proclame active en Algérie et en Libye, pays frontalier avec le Tchad. Une connexion qui sera, sans nul doute, renforcée par celle des Shebab somaliens, organisation terroriste qui opère en Afrique de l’Est, tout particulièrement en Somalie et au Kenya, mais aussi par AQMI et les bandes criminelles et les trafiquants qui opèrent dans le nord malien.

Un scénario qui, s’il se réalise, verra tomber sous la coupe des terroristes la Libye, la Tunisie, le Tchad, le Mali, le Niger, la Mauritanie, le Sénégal et la Côte d’Ivoire. Une éventualité qui menace également le Moyen-Orient, l’Egypte et le Soudan, qui sont déjà des cibles, mais aussi toute l’Europe Occidentale et Orientale. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email