-- -- -- / -- -- --
Nationale

Après un mois de confinement: Gare au relâchement !

Après un mois de confinement: Gare au relâchement !

Après près d’un mois de confinement, pas tout à fait respecté, mais qui commence à donner ses fruits avec la stabilisation du nombre des contaminés et des décès, un relâchement dans les comportements des citoyens dans le respect de cette mesure est constaté.

Une attitude qui ne va pas être sans conséquences. Le nombre de contaminés peut augmenter d’un cran et une surcharge des hôpitaux n’est pas à écarter. Les messages d’espoir lancés par le ministre de la Santé et les professionnels de la santé faisant état de la « stabilisation » de la situation, avec notamment la diminution du nombre des cas admis à l’hôpital et le rétablissement des malades traités à la chloroquine, ne devront pas être interprétés comme une victoire sur la pandémie, qui est une maladie nouvelle qui n’a pas encore livrée tous ses secrets.

Abderrahmane Benbouzid, a en effet affiché son optimisme. Dans sa déclaration à la radio nationale, il a indiqué que « le nombre de décès est en baisse. Et si nous avons moins de décès, cela veut dire moins de cas graves. Avec l’espoir et le soutien de tous, on y arrivera très rapidement ». Affirmant que « personne ne peut dire où se situe le pic », le ministre appelle à la prudence et à la nécessité de respecter le confinement pour casser la chaîne de transmission du coronavirus. « Prudence, prudence », a-t-il insisté. Des professionnels de la santé déplorent quant à eux le comportement de certains citoyens qui se soucient peu de cette mesure préventive. Ils sont nombreux à lancer des appels aux citoyens à respecter rigoureusement le confinement qui demeure l’unique « remède » à ce tueur invisible. Et ce sont les jeunes qui sont les plus réfractaires, se croyant à l’abri de cette maladie. Or, ils ne sont pas épargnés et ils sont nombreux à contracter le COVID-19. Pis, ils peuvent contaminer les membres de leur famille, principalement les aînés qui sont note-t-on, les plus vulnérables.

Ainsi dire, la vigilance est de mise, car le moment n’est pas encore venu pour parler du coronavirus au passé. Un message que devrait comprendre certains avec leur comportement irresponsable et inconscient. Car en plus des regroupements de personnes signalés dans plusieurs quartiers de la capitale, même après 15h, qui ont donné lieu, rappelons-le, à des échauffourées avec les services de sécurité, des regroupements dans les marchés sont toujours signalés et les gestes barrières à l’instar de la distanciation sociale, ne sont pas respectés.

Les supérettes et les marchés des fruits et légumes ne désengorgent pas. Cela malgré les affirmations du département du Commerce quant à la disponibilité des produits alimentaires. L’on se précipite à faire les courses, notamment à l’approche du mois de ramadan. Et c’est en matinée que le pic de sortie est enregistré et des bouchons sur la route sont signalés ici et là. L’on n’hésite pas à imputer cette situation à l’instauration du couvre-feu qui oblige les gens à sortir et à rentrer au même temps.

Dans l’attente d’une décision officielle des suites à donner au confinement qui prend fin aujourd’hui, cette mesure doit être respectée et tout relâchement peut coûter cher.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email