-- -- -- / -- -- --
Nationale

Après l’UGTA et le FCE les organisations de masses appuient une 5e candidature

Après l’UGTA et le FCE les organisations de masses appuient une 5e candidature

Après l’UGTA, le FCE, trois organisations de masse, l’ONM, l’ONEC et l’UNFA, ont à leur tour apporté leur soutien pour un 5e mandat au président Abdelaziz Bouteflika. Les ex-organisations de masses ont signé un communiqué commun dans lequel elles apportent leur soutien au candidat Bouteflika. Dans ce document rendu public ce mercredi, elles soulignent qu’il est « nécessaire que le Président reste à son poste pour poursuivre les programmes de développement entamés depuis 20 ans. « Le Président a répondu à l’appel du peuple », écrivent ces organisations qui se disent être déterminées à défendre les réalisations » du président Bouteflika. Pour rappel, l’annonce de sa candidature a été faite par Abdelmalek Sellal, désigné officiellement pour diriger sa future campagne électorale qui sera dirigée et animée par des personnalités regroupées dans une instance appelée « haut comité pour la candidature de Bouteflika ».

Ce cabinet, qui sera composé en plus de Sellal, de Moad Bouchareb, Amar Ghoul et Amara Benyounes, va animer les meetings au nom du président Bouteflika, qui ne pourra pas faire les déplacements. Ce comité, qui sera aussi une sorte de boîte à idées ou encore de brainstorming pour les besoins de la campagne, aura à travailler avec Abdelmalek Sellal, le directeur de campagne, qui sera secondé par Amara Benyounes. Les membres de cette coordination se réuniront samedi prochain au QG de campagne à Hydra sous la direction d’Abdelmalek Sellal. L’ex-ministre des AE, Ramtane Lamamra, a été désigné pour mener la campagne électorale du candidat Bouteflika en Europe.

La question de la prestation de serment s’il est élu, du reste très attendue par les observateurs, a été évacuée hier par l’ex-président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’homme Me Farouk Ksentini n’en voit pas l’utilité : « Abdelaziz Bouteflika « ne sera pas obligé de prononcer l’intégralité du texte de la prestation de serment s’il est élu le 18 avril prochain » a affirmé Me Farouk Ksentini : « Il lui suffira de dire : « Je jure par Dieu Tout-Puissant », a-t-il assuré. « Le président de la Cour suprême prononcera ensuite le texte intégral, comme cela se fait lors de la prestation de serment des juges, des avocats, des policiers et des gendarmes », a-t-il encore fait remarquer. Me Ksentini a affirmé aussi que l’état de santé de Bouteflika ne constituait pas un obstacle à sa candidature à la présidentielle, tout en écartant l’application de l’article 102 de la Constitution : Lorsqu’un candidat se présente à la présidentielle, c’est le Conseil constitutionnel qui aura le dernier mot, s’il constate que l’état de santé du Président ne lui permettra pas d’exercer ses fonctions », a-t-il précisé. Le ministre de la Justice, Tayeb Louh, qui vient de s’exprimer sur la régularité du scrutin présidentiel, a indiqué que la Constitution de 2016 apporte « toutes les garanties consacrant la crédibilité, la régularité et la transparence des élections », et a appelé les candidats à la présidentielle et leurs représentants à « jouer leur rôle et à surveiller minutieusement le processus électoral ». Le ministre a mis en exergue, en outre, le rôle « pivot de la Haute instance indépendante de surveillance des

élections (HIISE), qui a la prérogative de « saisir » le procureur général de « tout dépassement » puni au termes du Code pénal : « Il n’existe aucune interférence entre les prérogatives de la HIISE ». De son côté, le ministre de l’Intérieur, Nourredine Bedoui, a réaffirmé hier que le rôle de l’administration, dans de tels rendez-vous, « est un rôle organisationnel par excellence », tout en veillant à « la garantie des droits constitutionnels et juridiques de tous les partenaires politiques à la candidature, dans le respect des principes d’égalité, de neutralité et de transparence ». Selon lui, l’administration « a veillé et veille toujours » à la concrétisation de ces droits « en offrant toutes les facilités à tous ceux qui désirent se porter candidat, sans distinction aucune », dans le cadre du respect des lois de la République, a-t-il conclu.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email