Après les réductions prises par 8 pays : Rebond du prix de pétrole – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Energies

Après les réductions prises par 8 pays : Rebond du prix de pétrole

Après les réductions prises par 8 pays : Rebond du prix de pétrole

Les prix du pétrole ont fait un bond ce lundi au lendemain de l’annonce surprise par plusieurs grands pays exportateurs d’une réduction drastique dès mai de leur production, dans le but de faire remonter les cours après la récente chute.

Au total, huit des 23 membres de l’OPEP+, qui réunit l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses partenaires, sont concernés, avec au premier rang l’Arabie saoudite.

L’alliance, qui tenait ce lundi une réunion technique par visioconférence (JMMC), a pris note de ces « ajustements volontaires » de production. A l’unisson de ses membres, elle a assuré qu’il s’agissait « d’une mesure de précaution visant à soutenir la stabilité du marché pétrolier ».

Ces coupes montrent que l’OPEP+ fera tout pour « défendre un prix plancher bien supérieur à 80 dollars le baril », dit-il, sans se soucier des critiques des États-Unis et autres pays consommateurs, inquiets de l’inflation galopante.

Les cours du brut sont en effet tombés en mars au plus bas en deux ans, « un niveau inacceptable pour les membres de l’OPEP+ », explique à l’AFP Ibrahim al-Ghitani, expert du marché pétrolier, basé aux Emirats.

Ils avaient subi le contrecoup de la crise bancaire aux États-Unis, qui a éloigné les investisseurs des matières premières et autres actifs à risque, plus volatils.

Après cette action concertée des gros producteurs d’or noir, la réaction des marchés a été immédiate: les deux références mondiales ont décollé d’environ 8% en début de séance, renouant avec leur niveau d’avant les tumultes du secteur bancaire.

Vers 13H00 GMT (15H00 HEC), le Brent de la mer du Nord, référence européenne du brut, grimpait de 5,77% à 84,50 dollars le baril, et son équivalent américain, le WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), bondissait de 5,70% à 79,98 dollars le baril.

L’Irak, l’Algérie, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Oman, le Kazakhstan, le Koweït et le Gabon vont donc procéder à partir du mois prochain à d’importantes réductions, et ce jusqu’à fin 2023. Elles vont de 500.000 barils par jour (bpj) pour Ryad à 8.000 bpj pour Libreville. En plus de la Russie, au total, le volume laissé sous terre sera « d’environ 1,66 million de barils quotidiens », a précisé l’OPEP+.

Cette annonce vient s’ajouter à ce qui avait déjà été décidé en octobre, à savoir une baisse du volume de deux millions de bpj. Il s’agissait alors de la plus importante réduction depuis l’émergence du Covid-19.

C’est un nouveau revers pour Washington, qui plaide pour une ouverture des robinets d’or noir afin de contenir les prix.

D’un point de vue géopolitique, ces réductions témoignent en outre « du soutien du groupe à la Russie », qui bénéficiera ainsi de meilleurs prix pour compenser l’impact des sanctions occidentales.

Participant ce lundi par visioconférence aux travaux de la 48e réunion du Comité ministériel de suivi OPEP et non OPEP (JMMC), le ministre algérien de l’Energie, M. Mohamed Arkab, a assuré que les conditions et les récentes évolutions du marché pétrolier nécessitent de la prudence.

« Malgré les signaux positifs du marché chinois, les conditions du marché pétrolier nécessitent plus de prudence. L’absence d’une étude minutieuse de la croissance de l’économie mondiale a provoqué un ralentissement de la demande du pétrole surtout que les stocks stratégiques et commerciaux sont au plus grand niveau depuis 02 années » a expliqué M. Arkab, dans une déclaration rapportée par un communiqué du ministère de l’Energie.

Arkab a assuré que l’Algérie s’est associée à l’accord de plusieurs grands pays exportateurs de pétrole pour une réduction de la production du brut.

« L’Algérie réduira prochainement son quota de production de pétrole de 48.000 barils/jour. Cette réduction volontaire est une mesure préventive qui s’ajoute à la réduction de la production convenue lors de la 33e réunion ministérielle OPEP et non-OPEP du 5 octobre 2022 », a assuré le ministre.

Une nouvelle réunion du comité ministériel de suivi OPEP et non OPEP (JMMC) est prévue pour le 04 juin prochain, a précisé un communiqué du ministère.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email