Après les déclarations du SG sortant de l’UMA : Alger désavoue – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Après les déclarations du SG sortant de l’UMA : Alger désavoue

Après les déclarations du SG sortant de l’UMA : Alger désavoue

Les déclarations et décisions «désinvoltes » et « irréfléchies » du Secrétaire général sortant de l’Union du Maghreb arabe (UMA), qui a imputé  la responsabilité du blocage de l’édification maghrébine à l’Algérie, ont suscité la colère d’Alger.

Cette dernière a souligné que l’Algérie est le seul membre de l’UMA à n’avoir jamais demandé le gel des activités des institutions maghrébines, contrairement aux allégations du SG de cette institution maghrébine, dont le mandat est arrivé à terme. C’est ce qu’a affirmé ce mardi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger a affirmé.

«Les bévues médiatiques du Secrétaire général sortant de l’Union du Maghreb arabe n’en finissent pas. Par ses impairs, le SG dont le mandat est arrivé à terme, tente vainement de tromper l’opinion publique maghrébine et de travestir les faits en imputant la responsabilité du blocage de l’édification maghrébine à l’Algérie, seul membre de l’Union à avoir ratifié tous les accords conclus dans le cadre de l’Union du Maghreb arabe depuis sa création, avec son soutien inconditionnel aux activités de toutes les institutions maghrébines et à ses projets économiques, sociaux et culturels, et à n’avoir jamais demandé le gel des activités des institutions maghrébines», a déclaré le Porte-parole.

Et d’ajouter que «l’ancien Secrétaire général prouve une nouvelle fois, par ses sorties médiatiques tendancieuses et condamnables, qu’il n’est pas à la hauteur de la responsabilité et de la confiance placée en sa personne, lui qui, par ses déclarations fallacieuses et ses agissements illicites, prend des positions aux antipodes des principes et objectifs de l’organisation maghrébine, tout en prétendant à tort être encore à la tête de son Secrétariat général fictif».

L’Algérie demeurera attachée à sa forte volonté de réformer le processus d’édification de l’Union maghrébine et de réaliser les attentes légitimes de ses peuples qui aspirent à l’activation de l’action maghrébine sur des bases claires et fédératrices sans préalable aucun, a-t-il assuré.

Il convient de rappeler que le SG sortant de l’UMA, Taieb Baccouche, avait procédé en mars dernier à la nomination de la diplomate marocaine, Amina Selmane, en tant que représentante permanente de l’UMA auprès de l’Union africaine (UA). Une décision qui a suscité la désapprobation de l’Algérie, notamment que les « lettres de créances » de cette « fausse diplomate » ont été reçues par le président de la commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat.

Un comportement jugé irresponsable de la part d’Alger, qui avait procédé à des démarches pressantes auprès de la Commission de l’Union Africaine, afin de considérer sans objet cette prétendue nomination qui, conformément aux textes régissant le fonctionnement l’Union du Maghreb Arabe, ne relève aucunement des prérogatives du Secrétaire général de l’UMA, dont l’ultime mandat a définitivement pris fin le 1er août 2022, sans possibilité de prorogation.

L’Algérie avait contesté cette démarche, qui est tout à fait en opposition avec les règles de l’UMA, exigeant dans le cas d’espèce le vote à l’unanimité des Etats-membres au niveau du Conseil des ministres des affaires étrangères de l’UMA, seule instance habilitée à statuer aussi bien sur cette nomination que sur l’établissement de relations de coopération avec d’autres groupements régionaux et internationaux.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email