Après le décès de Debbazi : Bengrina appelle à la libération de tous les «détenus d'opinion»   – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Après le décès de Debbazi : Bengrina appelle à la libération de tous les «détenus d’opinion»  

Après le décès de Debbazi : Bengrina appelle à la libération de tous les «détenus d’opinion»  

Le président du mouvement « Al Bina », Abdelkader Bengrina, qualifiant de « perte » le décès en prison du détenu Abdelhakim Debbazi, quinquagénaire père de trois enfants, appelle les autorités à informer l’opinion publique des circonstances « réelles » ayant amené à la mort de l’ex détenu de la prison de Koléa tout en suggérant de libérer la totalité des prisonniers «d’opinion».

 « Face à cette grande perte, j’exprime ma plus profonde sympathie et mes condoléances à la famille du défunt et à ses proches. Et dans l’attente que l’opinion publique soit informée des circonstances réelles de son décès, nous renouvelons en cette douloureuse occasion notre appel à accélérer la clôture du dossier de ces arrestations et la libération des détenus restants », déclare l’ex candidat aux élections présidentielles de décembre 2019 dans un communiqué  transmis à notre rédaction ce mercredi 27 avril. 

Bengrina qui estime que les motifs des incarcérations, « en fait l’expression d’une opinion ou d’une divergence de vues » doivent être reconsidérés et ce pour le plus grand bien de la stabilité et de la paix civiles. « Nous sommes à la veille de l’Aïd al-Fitr béni, une occasion pour les détenus de retrouver leurs familles et leurs enfants », poursuit Abdelkader Bengrina. Et d’ajouter : « Nous exhortons l’État de transcender les différences, ce qui contribue en fait à démanteler le fusible de tout conflit, à Dieu ne plaise, qui pourrait se produire à l’avenir, d’autant plus que nous voyons de véritables extrémismes qui peuvent conduire à des dérapages alimentés par des comportements, des extrémismes, des erreurs ou d’autres choses ».

Considérant que « l’État est le père de tous les Algériens », l’homme politique et l’ancien ministre en appelle au pardon et à la compréhension. « L’État qui s’est réconcilié avec le fusil (ndlr : en allusion avec la loi de la Rahma) ne manque certainement pas de pitié pour clore ce dossier et se réconcilier avec ses enfants en cette période sensible et dangereuse où nous devons de toute urgence consolider le front interne, surtout face aux grandes menaces (extérieures) qui attentent à la souveraineté et menacent notre unité nationale », ajoute encore Bengrina. Et de rappeler l’engagement du président de la République qui à bien d’accorder l’élargissement de dizaines de jeunes incarcérés. « Nous attendons toujours avec impatience d’étendre l’amnistie à tous les prisonniers d’opinion », a-t-il conclut.

Pour rappel, Abdelhakim Debbazi est décès dimanche le 24 avril à la prison de Koléa après deux mois de détention. Il a été enterré lundi dernier à Hadjout dans la wilaya de Tipaza.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email