Après le coup d'Etat, le général Tchiani, nouvel homme fort du Niger – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


MENASahel

Après le coup d’Etat, le général Tchiani, nouvel homme fort du Niger

Après le coup d’Etat, le général Tchiani, nouvel homme fort du Niger

Le général Abdourahamane Tchiani, chef de la garde présidentielle à l’origine de la chute du président Mohamed Bazoum, s’est présenté ce vendredi 28 juillet comme le nouvel homme fort du Niger.

Vendredi 28 juillet, il est apparu à la télévision nationale comme le nouvel homme fort, en lisant un communiqué en tant que président du Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNPS). Le général Tchiani a justifié le coup d’État de mercredi par « la dégradation de la situation sécuritaire ».

Selon lui, sous le président Mohamed Bazoum, il y avait « le discours politique » qui voulait faire croire que « tout va bien ». Or, il y avait « la dure réalité avec son lot de morts, de déplacés, d’humiliation et de frustration ».

« Le Conseil national de la sauvegarde de la patrie réaffirme sa volonté de respecter tous les engagements internationaux », a notamment déclaré le général, avant de poursuivre : « Le conseil, par ma voix, demande aux partenaires et amis du Niger, en cette étape cruciale de la vie de notre pays, de faire confiance à nos forces de défense et de sécurité, garantes de l’unité nationale, de l’intégrité du territoire et des intérêts supérieurs de notre nation. »

Dans la foulée, il a convoqué les secrétaires généraux des ministères chargés de gérer les affaires courantes.

Par ailleurs, un « sommet spécial » de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) à laquelle appartient le Niger aura lieu dimanche à Abuja (Nigeria) pour évaluer la situation après le putsch, avec de probables sanctions à la clé.

L’Algérie a réagi, mercredi à la tentative de coup d’État au Niger et a demandé « instamment que soit mis fin à cette atteinte inacceptable à l’ordre constitutionnel et à cette violation grave des exigences de l’Etat de droit ».

Selon un communiqué du ministère algérien des Affaires étrangères, «l’Algérie réaffirme son attachement aux principes cardinaux qui guident l’action collective des Etats africains au sein de l’Union Africaine, dont notamment le rejet catégorique des changements anticonstitutionnels de gouvernement ».

L’Algérie souligne, en outre,  » l’impératif pour tous d’œuvrer à la préservation de la stabilité politique et institutionnelle de la République du Niger, gage d’une paix et d’une stabilité durables dans ce pays frère et voisin qui fait face à des défis considérables dans une région, déjà confrontée à des crises multidimensionnelles d’une acuité sans précédent ».

Le général de brigade Abdourahame Tchiani est un ancien élève de l’École nationale des officiers d’active de Thiès, au Sénégal. Il fut plutôt un élève moyen. L’homme a également effectué plusieurs stages et formation à l’étranger. Mais il a fait également du terrain dans son pays. Par exemple, dans la région de Diffa (Nguiguimi et Ngoourti), puis Dirkou. Parmi les postes occupés, il y a celui de commandant de compagnie à la frontière tchadienne (1996-1997). Il a également exercé au haut commandement de la gendarmerie nationale. En 2010, il était commandant de la zone numéro 3 à Zinder.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email