Après la saignée du mois de ramadhan, baisse vertigineuse des prix – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Après la saignée du mois de ramadhan, baisse vertigineuse des prix

Après la saignée du mois de ramadhan, baisse vertigineuse des prix

A travers tous les marchés des villes de la wilaya de Blida, les prix des fruits et des légumes connaissent une baisse vertigineuse ces temps-ci. En effet, après une semaine de l’Aïd, l’offre a dépassé la demande. La disponibilité de tous les produits agricoles, dont les légumes, est constatée de visu dans les marchés de gros de Bougara et de Boufarik.

En effet, ceux parmi les citoyens qui ont espéré voir une baisse des prix des fruits et légumes après le mois de ramadhan ont été satisfaits. «Toutes mes économies ont été dépensées pendant le ramadhan. J’attends ma paie du mois de mai pour pouvoir subvenir aux besoins de ma famille. Heureusement que tous les prix sont à la portée de tout le monde. Avec 500 DA par jour, on peut manger aisément», déclare un père de famille rencontré au marché de Boufarik.

Excepté les prix exorbitants de la viande rouge, qui est proposée à 1 700, voire 1 900 DA le kilo, on constate sur le marché la baisse du prix de la pomme de terre, qui est cédée à 70, voire 65 DA au lieu de 110 et 120 DA le kilo Les petits pois sont à 70, voire 60 DA, les fèves à 55 DA et la courgette à 50 DA au lieu de 180 DA pendant le mois de ramadhan. Le reste a connu une hausse vertigineuse. A titre d’exemple, l’oignon sec, qui était vendu à 50 DA le kilo à la fin de la semaine dernière, était affiché ce jeudi et vendredi à 100 et 110 DA le kilo, alors qu’en principe, son prix devrait baisser du fait que c’est la saison de la récolte de ce produit maraîcher, notamment l’oignon vert.

De 40 DA, le prix de la carotte est passé à 75 DA, celui de l’aubergine à 80 DA et celui du poivron doux à 100 DA. Le citron, quant à lui, a vu son prix atteindre 400 DA le kilo. Concernant le poulet, et après plus de trois mois à 500 DA le kilo, il est aujourd’hui cédé vivant à 240 le kilo et à 300 DA chez le boucher.

Quant aux fruits, les prix de ces derniers restent toujours à la hausse, hormis la pastèque qui a fait son apparition pendant le ramadhan Elle voit en effet son prix baisser à 70, voire 60 DA le kilo. Ce qui est étonnant dans tout cela, c’est que la grande majorité de ces commerçants de fruits et légumes n’ont aucune charge à payer du fait qu’ils n’ont pas de registre du commerce et n’ont pas d’impôts à payer.

En outre, ils ont fait de l’espace public un bien privé, occupant illégalement et impunément les rues et les trottoirs, au vu et au su de tous. Existe-t-il des lois et des institutions qui garantissent le droit des consommateurs et le respect de l’espace public ? C’est la question qui taraude quotidiennement l’esprit de nombreux citoyens qui n’y trouvent toujours pas de réponse.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email