-- -- -- / -- -- --
Nationale

Après la fermeture des écoles: Les parents dans l’embarras

Après la fermeture des écoles: Les parents dans l’embarras

La fermeture des crèches et des établissements scolaires va bouleverser le quotidien de millions de parents. La décision a été prise par le président Abdelmadjid Tebboune pour éviter la propagation du coronavirus, mais qui met les parents dans une situation d’angoisse et d’embarras.

Comment s’organiser ? Qui va garder les enfants si on ne peut pas faire appel à un proche ? Un véritable casse-tête pour les parents qui vont devoir trouver des solutions au problème de garde.

Même si les enfants et les jeunes sont moins touchés par le nouveau coronavirus, « ils sont ceux qui propagent le plus vite le virus », selon les scientifiques. C’est la raison pour laquelle plusieurs pays ont procédé à la fermeture des établissements scolaires dans le but de « ralentir sa propagation ».

L’Algérie n’est pas en reste. L’annonce par le président de la République de la fermeture des crèches, des écoles, des centres pour enfants aux besoins spécifiques a perturbé davantage les parents, qui en l’absence d’alternatives sont contraints de prendre des jours de congé ou des arrêts de travail.

Les plus chanceux peuvent confier leurs enfants aux grands-parents en attendant que les choses rentrent dans l’ordre. « Je n’ai personne pour garder mes enfants. Je travaille loin de chez moi et là je suis en quête d’une nounou pour mes deux petits », confie Amel, assistante dans une entreprise économique publique et mère d’un garçon de 4 ans. « Comment vais-je faire ? Mes parents et mes beaux-parents vivent à Constantine et je n’ai personne à qui je peux confier mon enfant », dit-elle. Pour Samira, 40 ans, cadre dans une société étrangère, la décision a été soudaine, ça leur est tombé sur la tête. « Je me pose la question sur l’endroit où je pourrais laisser ma fille en dehors de la crèche.

Je ne peux compter sur personne, malheureusement », raconte cette maman d’une fille de trois ans. « Je dois impérativement trouver une solution. J’avoue ne pas savoir quoi faire », confie Selma, qui travaille dans une agence de voyage à Alger, maman de deux enfants. « J’hésite à les envoyer chez la voisine, mais je crains de leur faire prendre un risque, surtout qu’elle a trop de va-et-vient. Franchement je me sens coincée et je ne trouve pas de solutions », a-t-elle fait savoir, avant d’ajouter que « les autorités doivent prendre des décisions urgentes dans ce sens ».

Il est à noter que les parents qui nous ont confié leurs inquiétudes et parfois leur résignation quant à la garde de leurs petits interpellent les autorités à trouver les solutions adéquates. « C’est vrai, la décision de fermeture des établissements scolaires est logique si on se rend compte de la dangerosité du virus, mais il faut en parallèle penser aux parents qui se retrouvent face à un véritable casse-tête, qui est la garde des enfants », a livré une maman de trois enfants de bas âge.

Et d’ajouter que « si l’entreprise où je travaille ne nous offre pas la possibilité de travailler à distance, je n’aurai pas le choix et j’opterai pour des jours de congé en attendant que tout rentre dans l’ordre ». Nabila, gérante d’une petite entreprise, se dit ne pas avoir de solution pour faire garder ses trois enfants. « Je suis entrepreneur, je ne peux pas me permettre d’arrêter de travailler », explique-t-elle. « Je vais devoir les emmener avec moi au travail ».

Il faut dire que la fermeture des crèches et des établissements scolaires impose la mise en place de solutions plus pratiques et plus souples, afin de permettre aux parents de concilier leur activité professionnelle et la garde de leur progéniture. Nos administrations comme nos institutions ne semblent pas armées pour offrir ces solutions, ni pour faciliter l’adaptation à cette situation d’urgence.

A lire aussi: CRÈCHES, ÉCOLES, LYCÉES ET UNIVERSITÉS FERMÉS

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email