-- -- -- / -- -- --
Nationale

Appel aux citoyens à redoubler de vigilance

Appel aux citoyens à redoubler de vigilance

L’association « Femme active », que préside Djouher Hachemi, lance un appel aux citoyens et aux pouvoirs publics pour redoubler d’efforts et de vigilance dans la lutte contre les fléaux sociaux et pour la préservation de la nature.

Dans une conférence de presse animée, avant-hier, dans l’espace du Petit Théâtre de la maison de la Culture Mouloud-Mammeri de Tizi-Ouzou, Djouher Hachemi et ses fidèles collaborateurs, dont notamment le Dr Rachid Belkhir, ont trouvé une opportunité pour faire le bilan de leur campagne de sensibilisation menée auprès des estivants campant sur les plages de Tigzirt et Azeffoun. alternant la prise de parole, Djouher Hachemi et le Dr Rachid Belkhir ont fait savoir que les estivants ont été très à l’écoute du discours des adhérents et militants de l’association « Femme active « sur le positif d’un environnement sain et des actions, souvent simples, à mener dans ce sens.

Mettant l’accent sur les plages, la présidente de l’association n’a pas caché sa déception quant au comportement de certains estivants qui n’ont pas encore ce réflexe naturel de ramasser et mettre dans une poubelle prévue à cet effet leurs déchets.

C’est le cas, après utilisation, des bouteilles d’eau en plastique, du papier cellophane ayant servi à couvrir certains plats cuisinés, des gobelets en plastique, etc. Djouher Hachemi n’a pas caché non plus son désappointement face à la réaction de certaines mères de familles ne jugeant pas « très utile « de maintenir les lieux publics dans la propreté.

Les deux conférenciers ont cependant soutenu que leurs discours ont été, dans l’ensemble, très appréciés par les estivants, et ce aussi bien dans les plages de Tigzirt que dans celles d’Azeffoun. Les cours pédagogiques sur un environnement sain et les mesures adéquates à arrêter dans ce sens ont ciblé également les enfants selon les animateurs et responsables de l’association « Femme active « .

Le Dr Rachid Belkhir a également mis l’accent sur la campagne contre les dangers de la toxicomanie et les voies et moyens pour en sortir. « Nous avons constaté, hélas, dit-il, que beaucoup de nos jeunes subissant les affres de la toxicomanie ne savent pas qu’il existe des centres de désintoxication, d’où leur empressement, après notre intervention, à connaître les adresses de ces centres et les moyens y donnant accès. « 

« Cela prouve, poursuit le Dr Rachid Belkhir, que les toxicomanes nourrissent farouchement le désir de retrouver leur indépendance vis-à-vis de ces drogues et matières psychédéliques.

« A la question de savoir comment lutter efficacement contre ce fléau qu’est la drogue, les responsables de l’association « Femme active « répondent que leur pouvoir se limite à mener des campagnes de sensibilisation sur le danger que représente sa consommation.

Ne serait-il pas plus judicieux, selon le Jeune Indépendant, de faire une proposition au législateur de durcir la loi pénale à l’endroit des producteurs et commerçants de la drogue puisque ce sont eux qui sont à l’origine du mal ?

« Nous ne pouvons pas exclure cette proposition « , ont répondu au même temps Djouher Hachemi et Rachid Belkhir, pour ajouter aussitôt après : « Nous comptons bien faire cette proposition lors de notre prochain séminaire avec nos différents partenaires.

« Si le vieil adage selon lequel il faut frapper le serpent à la tête est toujours de rigueur, il faut alors cibler les producteurs et les convoyeurs de drogue par de dures sanctions. Il est certain que lorsque quelqu’un sait qu’il risque gros, il réfléchirait beaucoup avant d’agir.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email