-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

Appel à plus de partenariat dans l’approche de lutte contre le VIH/Sida

Appel à plus de partenariat dans l’approche de lutte contre le VIH/Sida

L’Association nationale de prévention et de lutte contre le Sida « Solidarité AIDS » a appelé à Alger, à plus de partenariat dans l’approche de lutte contre cette épidémie, qualifiant le partenariat actuel de maillon faible dans la riposte nationale.

Le président de AIDS et membre du Comité national de lutte contre les IST/SIDA (CNLS), Ahcène Boufenissa a estimé, en marge de la journée d’étude sur « le partenariat comme force de lutte contre le Sida », que « sur le plan institutionnel l’outil de travail existe mais sur le terrain il manque d’efficacité ».

« Lorsqu’on évoque le Sida en Algérie, on doit systématiquement parler du plan national stratégique qui concerne plus de 18 ministères et des associations thématiques et d’autres généralistes, cependant sur le terrain il n’est pas activé. Chacun travaille d’une manière unilatérale », a-t-il souligné regrettant la « méfiance existant entre les partenaires institutionnels et associatifs qui n’arrivent pas à avoir des jonctions entre eux, oubliant qu’ils sont membres du CNLS ».

M. Boufenissa qui a déploré le fait que son association n’arrive pas à mobiliser certains ministères, a tiré la sonnette d’alarme », quant à la mise en œuvre « réelle et concrète » sur le terrain de cet outil à travers un partenariat efficient.

Pour sa part le vice-président de Solidarité AIDS, le Dr Rabah Toualibia, considère qu’un plaidoyer doit être fait à travers tout le territoire national pour réorganiser la riposte face à l’épidémie, dans la mesure où des contraintes ont été enregistrées pour la mise en oeuvre du plan.

Il s’agit selon lui de relâchement dans la coordination depuis 2008, de non-fonctionnement du CNLS, de l’inefficacité des réseaux associatifs, de la faiblesse de notification des cas d’infections au VIH/Sida, la faiblesse dans la promotion du dépistage volontaire et du financement des ONG ainsi que la persistance de l’environnement favorable à la stigmatisation.

Solidarité AIDS préconise, entre autres, la relance de tous les aspects de la coordination, la redynamisation du CNLS et de la surveillance de l’épidémie sachant que la dernière enquête nationale remonte à 2007, la revision la stratégie de promotion du dépistage volontaire de l’infection.

Le représentant de l’ONUSIDA à Alger, Adel Zeddam, a indiqué que la situation du VIH/Sida montre que deux régions dans le monde dont la région MENA « n’ont pas suivi les progrès réalisés au niveau global » et qui enregistrent un nombre de décès et d’infections en hausse, notant que le problème réside dans la connaissance du statut « sérologique » des personnes.

Il a mis l’accent sur les appréhensions des personnes à risque à se faire dépister du fait de la discrimination et de la stigmatisation au niveau de la société même si les lois algériennes sont « avangardistes », sachant que l’arsenal juridique en termes de protection sociale existe, préconisant de passer au « dépistage systématique ».

Au mois de septembre dernier, 8930 personnes infectées ont été recensées en Algérie dont 25 cas de Sida et 141 séropositifs pour la seule année 2014.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email