-- -- -- / -- -- --
Nationale

ANSEJ:Levée du gel de plusieurs activités

ANSEJ:Levée du gel de plusieurs activités

Les jeunes porteurs de projets peuvent désormais créer leurs microentreprises dans des activités auparavant touchées par le gel. Cela suite à la nouvelle mesure de l’ANSEJ, qui par le biais de sa directrice générale a instruit les agences de wilaya de lever le gel sur des dossiers d’investissements déposés à leur niveau et en fonction des besoins économiques du marché local.

C’est la directrice générale de l’ANSEJ, Samira Djaider, qui a annoncé cette nouvelle mesure, rapportée hier par le quotidien Ennahar. L’ANSEJ décide donc de lever le gel des dossiers d’investissements déposés au niveau des antennes de wilaya. Le but étant d’accorder les financements aux promoteurs désireux d’investir. La mesure concerne des activités qui enregistrent une forte demande, entre autres : Salon de thé, Salon de glace, recyclage de plastique, boulangerie-pâtisserie, laverie, pharmacie, fabrique de biscuits, restaurant, agence de communication et publicité, laboratoire photo. Ces créneaux font partie des activités qui avaient été gelées en 2016 du fait qu’elles ne créent pas de valeur ajoutée.

Cependant, la même responsable a indiqué que cette décision ne concerne pas les projets gelés sur le plan national, notamment le transport de voyageurs qui est, rappelle-t-elle, sujet à interdiction gouvernementale. Les projets dans les secteurs agricole et industriel sont toutefois encouragés par l’Agence, et ce, dans le but d’encourager la création de microentreprises qui va booster la production nationale. « La levée de gel sur certaines activités se fera après étude de la part des commissions d’évaluation installées dans les directions de wilaya, en fonction des besoins de chaque localité en prenant en considération les demandes formulées sur le projet », a-t-elle précisé.

Cette décision, poursuit-t-elle, « vient pour soutenir et inciter les jeunes à investir, créant ainsi des micro-entreprises dans des activités qui connaissent un manque d’investissement comparativement aux besoins de cette même région ». Cette nouvelle sera sans doute bien accueillie par les jeunes porteurs de projets, principalement ceux ayant déposé leur demande d’investissements dans les secteurs concernés par le gel. Mais l’effacement des dettes reste la revendication phare que ces jeunes promoteurs, bénéficiaires du crédit ANSEJ, réclament. Une hypothèse qui est, pour le moment, écartée par les pouvoirs publics.

Outre le niet de la directrice de l’ANSEJ dans ses précédentes sorties médiatiques sur cette question, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mourad Zemali, a de son côté exprimé son refus catégorique sur cette possibilité. « L’éventualité d’une suppression des dettes des jeunes entrepreneurs, bénéficiaires de prêt dans le cadre du dispositif d’aide à l’emploi des jeunes, est pour le moment totalement exclue », avait-il déclaré à la fin de juillet.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email