-- -- -- / -- -- --
Nationale

Année scolaire: L’UNPEF propose une réduction des moyennes de passage

Année scolaire: L’UNPEF propose une réduction des moyennes de passage

Le sort de l’année scolaire continue de susciter des interrogations au sein des différents acteurs de l’éducation nationale, le président de l’Union nationale des personnels de l’éducation et de formation (Unpef) Sadek Dziri a indiqué hier que les décisions concernant l’année scolaire en cours, seront élaborées en fonction l’évolution de la situation sanitaire dans le pays.

Intervenant, hier sur les ondes de la chaîne 1 de la radio nationale, M. Dziri a indiqué que toutes les décisions prises concernant l’année scolaire des élèves dépendront de l’évolution de la situation sanitaire dans le pays. Le président de l’Unpef estime qu’il est peu probable que les élèves retournent étudier après la date du 15 mai prochain, qui est la date de fin de l’année scolaire dans la situation normale.

Il faut noter que l’Unpef a soumis des propositions pour sauver l’année scolaire. Selon Sadek Dziri son syndicat a suggéré de calculer la moyenne des premier et deuxième semestres pour les cycles primaire et moyen et de réduire la moyenne du passage à 4,5 pour le primaire et à 9 pour le moyen sans passer d’examens de fin d’année, tout en proposant de reporter l’examen du baccalauréat jusqu’à fin septembre prochain afin de donner aux élèves la possibilité de se préparer et réviser. « Si une décision est prise de retourner aux écoles, nous suggérons ici que la décision soit limitée aux niveaux moyen et secondaire, en prenant toutes les mesures de précaution, telles que la stérilisation des écoles, l’espacement et le port de masques », a-t-il ajouté.

Enfin, il a souligné que les contacts entre la Fédération et le ministère de l’Éducation se poursuivent en soumettant des propositions qui sont toutes dans l’intérêt des élèves, leur assurant qu’il n’y a aucune crainte pour leur avenir scolaire. Visiblement, les établissements scolaires resteront fermés à l’évolution de la situation sanitaire bien que les indicateurs du moment montrent une quasi-impossibilité d’un retour à la normale à partir du 15 mai prochain.

Pour l’heure, le ministre de l’éducation, qui a entamé, hier, une réunion avec les différents syndicats du secteur, tente de rassurer en évoquant une fin d’année scolaire encore lointaine et qu’il est encore possible de terminer les programmes pédagogiques. Ouadjaout fait ainsi part qu’elle est en train d’étudier tous les scénarios possibles pour éviter une année scolaire blanche bien que la grande appréhension est liée aux classes d’examens.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email