-- -- -- / -- -- --
Nationale

Annaba: Trois guérisons et manque flagrant de moyens de protection

Annaba: Trois guérisons et manque flagrant de moyens de protection

Sur les six personnes contaminées par le Covid-19 trois ont quitté l’hôpital des maladies infectieuses. Il s’agit du jeune praticien en cardiologie, le premier cas déclaré à Annaba, de sa femme et de sa mère, qu’il avait contaminée après son retour de France.

C’est ce qu’a fait savoir le directeur de la santé de la wilaya d’Annaba, Abdelnacer Dameche, qui s’est exprimé sur les ondes de la Radio locale. Donc, après décompte, il ne reste que trois personnes atteintes gravement par le Covid-19 et qui sont en soins intensifs.

Comme les trois personnes appartenant à une même famille, qui sont guéries et qui ont rejoint leurs domiciles, les trois autres appartiennent à une même famille. Il faut rappeler que sans la prudence du jeune cardiologue, âgé de 34 ans, qui avait suspecté dès le 11 mars en cours, soit deux jours après son arrivée de France où il avait participé à un séminaire sur la santé, une montée de fièvre et s’était rendu en urgence à l’hôpital Dorban pour se faire tester, sa santé n’aurait pas connu un événement heureux. De même, il avait signalé les deux personnes avec lesquelles il avait eu des contacts, soit son épouse et sa mère.

Par ailleurs, durant cette période de confinement, les autorités publiques, assistées de personnes bénévoles, n’ont pas cessé de faire face à la propagation de l’épidémie par des nettoyages et des désinfections de l’ensemble des quartiers de la ville d’Annaba. Le plus notable dans toutes ces actions est la prise en charge de la totalité des personnes sans domicile fixe (SDF) qui ont été transférées vers l’hospice Belaid-Belgacemi, un centre accueillant à longueur d’année les personnes du troisième âge. Aussi, faut-il signaler, la solidarité citoyenne envers les familles démunies est à enregistrer au quotidien.

Des familles aisées viennent matériellement au secours d’autres familles dont les besoins se font ressentir. Le seul handicap dans ce confinement, loin du manque de denrées alimentaires, est le manque persistant des masques de protection, des gants, bavettes et du gel. Même si les laboratoires de l’universités Badji-Mokhtar d’Annaba produisent le gel, le manque se fait toujours ressentir. Une triste réalité qui a été dénoncée officiellement par le président de l’Ordre des pharmaciens de la région d’Annaba, Khelifa Slama, qui déplore le manque de moyens de protection de bases indispensables, tels les masques, les gants, les combinaisons jetables et autres gels hydroalccoliques.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email