-- -- -- / -- -- --
Nationale

Annaba: Nouveau vendredi de protestation contre le système

Annaba: Nouveau vendredi de protestation contre le système

C’est la détermination d’un peuple, ne cherchant qu’à se défaire du système politique actuel, qui a été longuement observée ce vendredi vendredi sur le Cours de la Révolution et ses environs.
Température caniculaire, air suffocant, et avec une chaleur qui avoisine 43°C, le peuple, encore soudé avec son 21e rendez hebdomadaire est sorti, une fois de plus, pour crier toute sa colère contre le système gouvernant toujours en place.
Auparavant, il faut signaler que les manifestants sont au courant de la nouvelle donne politique du pays concernant le vide constitutionnel, devenu flagrant. Ainsi, une question se pose : qui va gouverner le pays ? Par quelle légalité ? Et qui va organiser une élection présidentielle crédible ? C’est à juste titre que les milliers de manifestants, craignant apparemment la prise du pouvoir par les militaires, n’ont cessé de scander en faisant plusieurs fois le tour du Cours de la Révolution : « Doula madania, machi askaria ! » (Un Etat civil, non à un Etat militaire ! », « Système, dégagez ! », « Disparaissez tous ! », « Pouvoir assassin ! », « Il y en a marre de vous tous ! », « Le pouvoir appartient au peuple ! ». Et aussi :s « Gaid Salah, Bensalah, Bedoui, dégagez ! », « Pas d’élections, pas d’élections avec vous ! ». Abordés, certains animateurs, bien connus dans le hirak, n’écartent pas que la situation du mouvement populaire se corse devant le vide constitutionnel et pensent que « cette situation a été voulue par les caciques du système pour remettre le pouvoir aux militaires (…) Ahmed Gaid Salah, le chef d’état-major de l’ANP, avait toujours proposé durant les 20 dernières semaines des solutions à retardement, justement pour arriver au vide constitutionnel et accaparer le pouvoir ». D’autres pensent que « c’est Gaid Salah qui dirige le pays, et maintenant il va le diriger ouvertement à défaut d’alternative dans la Constitution. La raison qui sera invoquée maintenant est de sauver le pays ! » Enfin, les manifestants se sont dispersés dans le calme et se sont donné rendez-vous pour vendredi prochain. A signaler que jeudi dernier, plusieurs dizaines d’avocats ont manifesté sur le parvis du théâtre Azzedine-Medjoubi, scandant « Non à un pouvoir militaire, oui à un Etat civil ! » et « Le pouvoir appartient au peuple ! »
D’Annaba, Nabil Chaoui

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email