-- -- -- / -- -- --
Nationale

Annaba : les revendications intactes

Annaba : les revendications intactes

Plus forte que jamais, la manifestation de ce vingt-cinquième vendredi de protestation populaire a drainé encore des milliers de personnes venues des quatre coins d’Annaba, y compris les nationaux venus passer leurs vacances à la coquette. Chaleurs suffocantes et taux d’humidité sans précédent n’ont pas dissuadé le peuple du hirak venu crier, une fois encore, sur le Cours de la Révolution et ses environs, son insatisfaction de la gestion du pays ; une gestion de vingt ans qualifiée, selon les manifestants, de ruine et qui a transformé l’Algérie en un simple comptoir de « maffieux et de banditisme international ». Ni les dernières mesures prônées par le chef de l’Etat par intérimAbdelkader Bensalah, concernant le dialogue national, ni les dernières arrestations et les poursuites judiciaires concernant de hauts responsables accusés de malversation, de corruption et trahison contre la nation algérienne n’ont dissuadé la colère populaire qui semble demeurer fidèle à ses premiers principe du 22 février dernier : « yetnahaou gaâ ! » . C’est ce que nous avons constaté sur place hier vendredi.

Les slogans scandés par les manifestants sont toujours les mêmes. « Doula madania, machi aakaria ! »(Un Etat civil, non militaire ! », « Pouvoir assassin ! », « Sarakine, sarakine ! (Voleurs, voleurs ! », « Selmia, selmia hata n’jibou el houria ! » (Pacifique, pacifique ! jusqu’à ce nous retrouvions la liberté ! », « Errahil ! Errahil ! makanch intikhibat maa el Issabat ! (Dégagez ! Dégagez ! Pas d’élections avec les comploteurs ! », ou encore « makanche hiwar maa el Issabat ! » (Pas de dialogue avec les comploteurs ! ».Les manifestants qui sont en force ont réclamé la libération immédiate du moudjahid Lakhdar Bouregaâ et de tous les détenus politiques.

Le chef d’état-major et vice-ministre de la Défense, Ahmed Gaid Salah, appréhendé par la totalité des manifestants comme étant l’artisan de toutes les manœuvres concernant les arrestations des anciens hauts responsables de l’Etat comme ceux des membres du hirak, n’a pas été épargné par la colère populaire : « El Gaid Salah, dégage ! dégage ! », et encore : « El Gaid Salah fi el Harrach ! (El Gaid Salah à la prison d’El-Harrach ! ». Il faut signaler que le tribunal d’Annaba a libéré jeudi dernier Nabil Fetissi, un bougiote de 41 ans qui a été arrêté le vendredi 5 juillet pour avoir brandi l’emblème culturel amazigh. Le procureur de la République, lors du procès, avait requis 10 ans de prison de ferme assortis d’une amende de 20 millions de centimes. Hier Nabil Fetissi. a manifesté librement. Juste pour que l’Algérie connaisse sa deuxième République !

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email