-- -- -- / -- -- --
Nationale

Annaba : Les étudiants en force

Annaba : Les étudiants en force

Les étudiants de l’université Badji-Mokhtar d’Annaba, soutenus par des citoyens, se sont déplacés en force pour manifester contre le système politique en place. Pour ce mardi à Annaba, la présence estudiantine est de taille par rapport aux précédents rendez-vous du mouvement contestataire des étudiants contre le système politique toujours en place.

Cela peut s’expliquer par la rentrée universitaire et l’arrivée en masse des étudiants pour rejoindre les bancs universitaires. Sur le Cours de la Révolution et ses environs immédiats, il y a plus d’étudiants que de citoyens annabis pour crier leur ras-le bol contre un système politique tant décrié depuis de nombreux mois, refusant de céder la place à un renouveau politique. Les élections du 12 décembre prochain et le projet de vote sur la loi des hydrocarbures ont été le point de mire de la colère estudiantine. « Makanche el vote maa sarakine ! » (Pas de vote avec les voleurs !), « Kanoune el mahroukat houa kanoune el sarakine ! » (La loi sur les hydrocarbures est la loi des voleurs !), « Ya sarakine baatou el bilad dejà ou t’habou tibouaa min jadid ! », « Voleurs, vous avez déjà vendu le pays et vous voulez le vendre de nouveau ! ». Sous les youyous des jeunes étudiantes, l’hymne national a été entonné plusieurs fois par les manifestants, jurant de protéger l’Algérie contre toutes les manipulations politiques du système. « Intouma tgoula yayna el vole, el chaab igoul makanche el vote ! » (Vous parlez de faire un vote, le peuple vous dit qu’il n’y aura pas de vote ! », « Walahi nahmiou el djazair min el issabat ! » (Nous jurons de protéger l’Algérie des malfaiteurs !).

Pour beaucoup d’étudiants que nous avons interrogés sur les refus des élections et le projet de vote sur la loi des hydrocarbures, les réponses sont les mêmes : « Pas de vote avant une période de transition et le peuple a besoin de connaître ses interlocuteurs et le chemin qu’il doit emprunter ! », et « seuls les revendications du hirak sont à prendre en considération ». Concernant les réactions sur le projet de loi sur les hydrocarbures, les réponses sont catégoriques : « Ils veulent tout vendre avant de disparaître ! », « pourquoi cette urgence ? » et surtout : « ils parlent qu’il va y avoir un Président le 12 décembre prochain, pourquoi se précipiter alors pour faire un programme appartenant en principe au nouveau Président, à moins qu’ils savent qu’il n’y aura pas de Président ! ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email