-- -- -- / -- -- --
Nationale

Annaba épicentre du devenir économique

Annaba épicentre  du devenir économique

La diversification de l’économie nationale pour surmonter la mauvaise conjoncture socioéconomique du pays sera au cœur de la 20e tripartite prévue aujourd’hui à Annaba, dans le cadre des concertations entre le gouvernement et ses partenaires, le syndicat et le patronat. Les trois parties devraient dépasser les discussions théoriques en apportant des solutions concrètes aux préoccupations des Algériens.

La diversification de l’économie nationale pour surmonter la mauvaise conjoncture socio-économique du pays sera au cœur de la 20e tripartite prévue aujourd’hui à Annaba dans le cadre des concertations entre le gouvernement et ses partenaires, le syndicat et le patronat. Les trois parties devraient dépasser les discussions théoriques en apportant des solutions concrètes aux problèmes du chômage et de l’emploi précaire, à la cherté de la vie et aux préoccupations des classes moyennes et défavorisées minées par une inflation qui dépasse 8 % et des salaires qui restent bien au-dessus de leur pouvoir d’achat. La tripartite devrait aussi répondre au problème de la pauvreté qui refait surface dans le quotidien des Algériens dans les zones reculées, mais également dans les grandes villes. Même s’il n’y a pas d’enquêtes exhaustives sur le nombre de pauvres en Algérie à l’instar de se qui se fait dans les pays développés, l’ampleur du phénomène est nettement perceptible dans la société à travers la délinquance, la mendicité, la déperdition scolaire et le travail des enfants. On trouve des vendeurs à la sauvette sur les autoroutes, des receveurs dans les bus scolaires … Une enquête sur les classes défavorisées permettrait d’ appréhender le nombre de pauvres en Algérie, de cerner les problèmes et de définir une stratégie sociale pour la prise en charge de ces couches sociales notamment à travers l’insertion, et la distribution équitable des richesses. Que cette tripartite ne soit pas semblable aux précédentes en posant les vrais problèmes qui touchent de près le citoyen. La tripartite devrait répondre également à la hausse des taxes et à la politique d’austérité imposée au Algériens avec une autre appellation, « rationalisation des dépenses » qu’on vit à travers la hausse des prix des produits de large consommation et les médicaments génériques bon marché et l’impossibilité pour le travailleur d’acquérir d’une voiture. La tripartite, notamment le patronat et l’UGTA, l’éternel représentant des travailleurs, sans aucun autre syndicat à ses côtés, devrait apporter un éclairage sur cette hausse effrénée des taxes et impôts imposés aux investisseurs et aux travailleurs par la LFC 2017. L’Etat puisse-t-il dans la poche des citoyens pour compenser la chute du prix du pétrole, la principale source de revenus du pays ? Sinon comment expliquer la hausse de la TVA et de certains impôts. La hausse des taxes foncières et immobilières, le gel du recrutement de nouveaux fonctionnaires malgré le manque flagrant de personnel dans certains secteurs telle l’éducation. Pour le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed El Ghazi, qui a résumé hier les principaux points sur lesquels s’articulera la rencontre d’aujourd’hui, cette tripartite se distinguera des autres par le fait qu’elle verra pour la première fois la participation de représentants des jeunes à travers la Fédération des jeunes entrepreneurs créée en décembre dernier et qui compte 66 000 adhérents.
Ces jeunes porteurs d’idées feront peut-être la différence en apportant des suggestions plus pratiques et plus concrètes. « Ce sera une tribune de concertation et de dialogue entre le gouvernement et ses partenaires pour examiner les alternatives économiques qui permettront à l’Algérie de surmonter la crise des cours du pétrole », a déclaré le ministre sur les ondes de la Radio nationale. « C’est une opportunité pour examiner l’alternative économique au pétrole qui mettra fin à la dépendance aux hydrocarbures et encouragera la diversification de l’économie notamment dans les domaines de l’agriculture, de l’industrie et services tertiaires », a-t-il encore affirmé. Se voulant très optimiste, le ministre a même assuré que « l’année 2017 sera caractérisée par les résultats de l’industrialisation et la lutte contre le chômage à travers l’investissement colossal dans le domaine de l’industrie automobile, de la sidérurgie, du ciment et des matériaux de construction ». Des investissements qui, selon lui, permettront à l’Algérie de « générer, en plus de l’emploi, une nouvelle richesse qui assurera la fin de la dépendance étrangère », a-t-il encore promis.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email