-- -- -- / -- -- --
Nationale

Annaba : Détermination dans les rangs du Hirak

Annaba : Détermination dans les rangs du Hirak

A l’approche de l’élection présidentielle, le 12 décembre prochain, les fidèles du hirak issus du 22 février dernier, sont de plus en plus déterminés. Ainsi, pour cette 39e édition de révolte populaire contre le système politique toujours en place, les manifestants ont triplé leur nombre sur la place emblématique de révolte populaire, à savoir le Cours de la Révolution et ses environs, et les mots d’ordres scandés cette fois-ci sont révélateurs et frisent la division entre les citoyens de la même ville. On crie maintenant « Halte aux traîtres ! », « Halte aux chiyatine ! » (Halte aux brosseurs !), « Khiyanine, chayatine, harkiya taa z’men » (Traîtres, brosseurs, harkis des nouveaux temps ! ».

Aussi, les manifestants se sont adressés aux curieux ou aux passants qui regardaient les longues files du hirak défilant : « arouahi maana, el bilad fi khatar ! » (Venez avec nous, le pays est en danger !). Les manifestants, tous couverts de l’emblème national, et sous les youyous des femmes venues nombreuses, même avec enfants, scandaient à l’unisson dans un message à l’adresse du vice-ministre de la Défense et chef d’état- major « Goulou lil Gaid Salah, nahina Bouteflika ouel tchipa oua chaab houa li khayr ! » (Dites à Gaid Salah, nous avons supprimé Bouteflika et la corruption et c’est le peuple qui choisit !), et encore « El aam hada makanch el intikhabat ! » (Cette année, il n y aura pas les elections !), « assmaa ya khayn, aasma ya el khayn doula madania mach aaskaria ! » (Ecoute traître, écoute traître, un Etat civil pas militaire !), et pour mieux se faire comprendre, les protestataires criaient à tue-tête, presque en chantant « hé hé lablad bladna ou indirou rayna ou makanch el intikhabat ou bayana massrahia ! ( Hé hé, la pays est notre pays et on fera ce qu’on voudra et pas d’élections, c’est apparemment une pièce théâtrale !).

Ainsi, de par le nombre de manifestants et de par la nature des slogans scandés, beaucoup d’observateurs du hirak pensent que la situation devient de plus en plus alarmante quand à d’éventuelles déviations de ce mouvement populaire. Il faut rappeler que mercredi dernier, plusieurs centaines de travailleurs du groupe de Sider, de Fertial et de Ferrovial sont descendus sur le Cours de la Révolution pour dire « Oui aux élections présidentielles du 12 décembre ». Des échauffourées ont éclaté entre partisans des élections présidentielles et des membres du hirak. Plusieurs d’entre les protestataires aux prochaines échéances électorales ont été interpellés par les services de sécurité, puis relâchés après leurs auditions par ces mêmes services.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email