-- -- -- / -- -- --
Nationale

Annaba: Des passeurs condamnés et des harraga interceptés

Annaba: Des passeurs condamnés et des harraga interceptés

Le tribunal d’El-Kala a condamné lundi  quatre passeurs de harraga à deux ans de prison ferme, assortie d’une amende de 20.000 DA.

L’arrestation des passeurs intervient suite à des informations reçues par les services de police de la daïra d’El-Kala. Lesdits services, après enquête approfondie, ont pu intercepter les passeurs à bord d’un véhicule. La fouille du véhicule en question a permis de découvrir un moteur d’embarcation maritime et une importante somme d’argent en monnaie nationale et en devise.

Par ailleurs, les garde-côtes de la wilaya de Skikda ont intercepté avant-hier 24 harraga, dont une femme et son enfant âgé de quatre ans. Cinq jeunes de Collo font partie du groupe, alors que le restant des harraga est d’Annaba, Skikda, El-Tarf et Tipaza. 

Ces candidats à l’émigration clandestine avaient embarqué à la faveur de la nuit à partir des plages de Collo. Cependant, il faut signaler un fait particulier concernant cette tentative de harga. Elle est unique en son genre. Au départ, les harraga étaient au nombre de 38, à bord de trois embarcations artisanales de 9 m de long, équipé d’un moteur Suzuki de 40 chevaux. 14 parmi eux ont réussi à prendre la fuite à bord des dites embarcation.

Selon une source des garde-côtes qui a voulu garder l’anonymat, qui nous a confié que les passeurs ont adopté une nouvelle stratégie qui leur permet de se sauver avec l’embarcation pour en empêcher la saisie. Ils s’entendent avec les jeunes harraga pour qu’une dizaine d’entre eux saute par-dessus bord en cas d’interception par les garde-côtes.
Ces derniers, obligés de porter secours à ces hommes en danger, ne s’occupent plus de l’embarcation qui, allégée, prend de la vitesse et s’échappe.
Les garde-côtes qui procèdent au sauvetage des harraga, préfèrent apporter leur aide et assistance à ces jeunes qui auraient certainement trouvé la mort en haute mer. « C’est une façon comme une autre de faire diversion, poursuit notre source, nous ne pouvons pas laisser des concitoyens en danger de mort et pourchasser ceux qui sont plus ou moins en sécurité à bord d’une embarcation. ».

Non habitués à ce genre de situation, les garde-côtes envisagent d’autres solutions d’interception après avoir saisi leur tutelle. 

Enfin, selon des sources policières basées à Annaba, les services de sécurité ont reçu des instructions d’Alger de traquer sans relâche tous les passeurs de harraga et de les traduire par devant la justice. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email