-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ammar Belhimer : «Une trêve préventive du Hirak est nécessaire»

Ammar Belhimer :  «Une trêve préventive du Hirak est nécessaire»

Ammar Belhimer, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, a salué ce lundi les « voix de la raison » qui appellent à « une pause salutaire » et à « une trêve préventive » du mouvement de protestation populaire (Hirak).

« En dépit des tentatives des forces antinationales de transformer le hirak en mouvement insurrectionnel non armé visant la paralysie du pays, et au vu de ce qu’il représente aujourd’hui comme risque sanitaire majeur, des voix de la raison se sont élevées dans le pays et dans la diaspora, notamment à travers les réseaux sociaux, pour appeler à une pause salutaire, à une trêve préventive », a indiqué Belhimer.

Il a relevé que des leaders d’opinion lucides et réalistes appellent même à « l’arrêt pur et simple » des marches et des rassemblements. Car la pandémie du COVID-19 est sérieuse, attestée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

« Ces mêmes voix de la lucidité citoyenne et de la raison patriotique appellent à cesser les marches dans un contexte national aussi complexe et aussi périlleux, marches qui n’ont plus aucune raison d’être car le Hirak est déjà victorieux. Et il a gagné sur plusieurs fronts », a-t-il ajouté.

« Grâce à sa convergence initiale avec l’ANP, qui l’a accompagné et protégé, il a permis de faire barrage au 5e mandat d’un Président cacochyme utilisé comme devanture politique par une caste mafieuse et des réseaux transversaux d’accaparement et de dilapidation des richesses nationales », a encore soutenu le ministre de la Communication.

Estimant que le hirak est « intelligent et généreux », Belhimer souligne que ce mouvement de protestation doit le rester et même l’être plus encore lorsqu’il y a péril majeur en la demeure.

Mais, « ceux qui s’obstinent, dans un entêtement suicidaire, à le maintenir coûte que coûte et quoi qu’il en coûtera à la nation tout entière, ne doivent pas concourir à son échec, voire à sa disparition », a-t-il averti, soulignant que « la raison exige la cessation des marches et des rassemblements. Et, une fois la crise grave du Coronavirus résorbée par la mobilisation de tout un peuple, rien n’empêchera alors le hirak de reprendre son cours si d’ici là, des avancées démocratiques et sociales majeures n’auront pas été enregistrées ».

Belhimer a, dans ce cadre, cité un éditorialiste algérien, par ailleurs voix porteuse du hirak qui dit : « Nous sommes déjà meilleurs grâce au Hirak.

Et ce hirak doit nous aider à vaincre nos colères et à donner victoire à la raison.

« Organisons-nous autrement, restons vigilants, utilisons au maximum les réseaux sociaux, continuons à informer sur les atteintes aux libertés, mais nous devons, sans attendre, décider de nous donner toutes les chances de gagner la longue bataille politique pacifique engagée le 22 février 2019. C’est parce que le hirak nous a rendu meilleurs, plus intelligents et plus responsables que nous devons le décider ; les marches et les rassemblements doivent être suspendus.

Vainquons nos colères car nous nous aimons. Nous serons encore meilleurs et plus forts pour les batailles qui viennent », a-t-il souligné.

Pour Belhimer, ces batailles sont déjà amorcées comme en témoignent les correctifs et retouches qui ne manqueront pas d’être apportés à la loi de finances complémentaire dans trois directions, à savoir le renforcement du pouvoir d’achat des ménages grâce à l’exonération de l‘IRG pour les salaires n’excédant pas 30 000 dinars et la revalorisation du SNMG dès janvier prochain, les mesures encourageant l’installation des entreprises étrangères et la suppression de la règle de répartition du capital social 49/51, ainsi que les mesures visant à améliorer le recouvrement fiscal à un moment critique d’érosion des ressources.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email