-- -- -- / -- -- --
Nationale

Amar Ghoul : «Nous ferons de la bijouterie un réel vecteur économique et commercial !»

Amar Ghoul : «Nous ferons de la bijouterie un réel vecteur économique et commercial !»

En visite de travail et d’inspection avant-hier à Ath Yenni, à l’occasion de la fête du bijou, le ministre de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de l’Artisanat, Amar Ghoul, s’est dit très satisfait de la grandeur et de la portée de la manifestation.

Il a déclaré sans ambages : « Désormais, nous ferons de la bijouterie un réel vecteur économique et commercial ! » Dans la vaste cour du collège d’enseignement moyen Lâarbi-Mezani, transformée à l’occasion en un stand d’exposition et de vente, Amar Ghoul a souligné, devant un public venu nombreux et où figurent naturellement les organisateurs et les nombreux participants ainsi que la presse, que son département ministériel a déjà mis au point une stratégie portant sur une nouvelle dynamique concernant l’activité ayant trait à la bijouterie et les professionnels du secteur. 

« Ces mécanismes seront mis en exécution dès le mois d’octobre prochain », a précisé le ministre. Par ailleurs, Amar Ghoul a annoncé la construction à Ath Yenni d’une maison de l’Artisanat, où chaque artisan bijoutier pourra jouir de son propre local commercial, ainsi que d’un musée d’Artisanat du bijou.

Concernant la professionnalisation de l’activité pour que le bijou d’Ath Yenni ne reste pas confiné géographiquement dans le seul espace d’Ath Yenni et économiquement dans le cercle culturel, le ministre a assuré que l’Etat garantira non seulement des formations au profit de celles et ceux désirant faire carrière dans la confection du bijou, mais les accompagnera également dans la commercialisation de leurs productions. Autrement dit, les artisans bijoutiers pourront désormais bénéficier de la maîtrise du marketing, indispensable pour s’imposer sur le marché, aussi bien national qu’international.

Amar Ghoul a fortement insisté sur la nécessité, pour l’artisan bijoutier, de prendre une certaine distance avec l’aspect folklorique pour suivre la voie de la modernité, car c’est cette dernière qui lui garantira une assurance lucrative et constituera pour la nation un réel vecteur économique.

Il convient également de noter que le ministre de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de l’Artisanat a eu lors de cette visite une conduite beaucoup plus universitaire que ministérielle. En effet, Amar Ghoul a préféré éviter le protocole habituel. Ainsi, après avoir visité tous les stands installés à la maison des Jeunes Kedaghe et avoir pris le temps d’échanger des propos avec chaque exposant, le ministre devait se rendre vers un autre lieu abritant des stands. Il a préféré s’y rendre à pied en dépit d’un soleil brûlant et d’une chaleur suffocante.

Mieux encore, à mi-chemin, Amar Ghoul est entré dans un café, « le Pain d’or » du Djurdjura, où il a payé, au grand bonheur du cafetier et des présents, une tournée générale. Comme il faisait très chaud, plus d’une cinquantaine de personnes ont ainsi pris des rafraîchissants aux frais du ministre.

A relever également que Amar Ghoul, toujours infatigable et en dépit des efforts tant physiques qu’intellectuels fournis tout au long de la manifestation, sur le chemin le menant, toujours à pied, vers l’auberge « Le Bracelet d’or » pour déjeuner, s’est arrêté à mi-chemin pour se recueillir sur la tombe de feu Mouloud Mammeri.

Pas moins de 95 exposants locaux et 5 autres partenaires hors commune d’Ath Yenni, voire hors wilaya de Tizi-Ouzou, ont pris part à cette manifestation du bijou d’Ath Yenni, qui se déroule du 30 juillet au 7 août.

Le coût de l’organisation de cette manifestation, qui est à sa 12e édition, est de l’ordre de 2 500 000, 00 DA. Le nombre de visiteurs attendus à ce rendez-vous, selon les organisateurs, dont Ramdane Ladouri, président de la commission du tourisme et de l’artisanat au sein de l’APW de Tizi-Ouzou, est estimé entre 40 000 et 50 000.

Si le principal produit exposé a trait au bijou, comme son nom l’indique d’ailleurs, il n’en demeure pas moins que des articles de poterie, des tenues vestimentaires, notamment féminines, des tapis, des objets artistiques en bois de fantaisie et d’autres produits d’utilité immédiate, comme le savon fait à base d’huile d’olive, ont figuré dans les stands d’exposition et de commercialisation. Notons enfin que les visiteurs arrivent à Ath Yenni, à l’occasion de cette manifestation, de toutes les contrées d’Algérie.

Des touristes étrangers figurent même dans la longue liste des visiteurs. Cela renseigne fort bien sur le fait que le bijou d’Ath Yenni est de notoriété mondiale.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email