-- -- -- / -- -- --
Nationale

Amar Ghoul : «Ni l’incompétence ni la négligence ne seront désormais tolérées à l’avenir !»

Amar Ghoul : «Ni l’incompétence ni la négligence ne seront désormais tolérées à l’avenir !»

La nécessité de relancer l’activité touristique dans la wilaya de Tizi-Ouzou ne semble être qu’un vœu et un leitmotiv par tous les responsables concernés. De même que cette wilaya a de grandes potentialités touristiques.

Le ministre de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de l’Artisanat, Amar Ghoul, en visite de travail et d’inspection, hier, dans la capitale du Djurdjura a lui aussi abondé dans ce sens. Il se trouve, cependant, que le ministre a reconnu que la wilaya ne possède ni les infrastructures ni la ressource humaine nécessaire pour attirer le touriste.

Lors de sa halte à l’Institut national des techniques hôtelières et touristiques (ITHT), où il devait visiter l’ensemble de ses structures, Amar Ghoul a décidé tout simplement de revenir sur ses pas aussitôt arrivé sur les lieux. Il a affiché sa totale désapprobation sur la gestion de cette école, pourtant bien notée autrefois. En voulant se rendre à l’un des étages supérieurs, le ministre et sa délégation ont tout simplement pataugé sur des flaques d’eau au niveau des escaliers.

La raison en est que c’est à ce moment de la journée que la femme de ménage a décidé de nettoyer les lieux à coup de jets d’eau et de serpillière. « Le cas constaté à l’ITHT est l’exemple même de l’incompétence et de la négligence de certains responsables du secteur touristique ; et à l’avenir de telles situations ne seront pas tolérées », dira plus tard le ministre lors d’un point de presse. Après avoir quitté précipitamment l’Ecole hôtelière et touristique, Amar Ghoul prit la direction de l’hôtel Amraoua.

Là encore le ministre ne s’attarda pas trop sur les lieux. Cet hôtel, construit et livré au début de la décennie 1980 était vide. Pas même l’ombre d’un client. Saisissant l’occasion, le directeur de cet établissement fera entendre, toutefois, à Amar Ghoul que les travaux de rénovation de l’établissement, et ce conformément au programme arrêté dans ce sens, seront entamés dès le mois d’octobre prochain.

A noter que l’enveloppe globale dégagée pour les travaux de rénovation de l’hôtel Amraoua est de 200 milliards de centimes.
L’enveloppe dégagée pour la première tranche des travaux est de l’ordre de 30 milliards de centimes. Toujours au chapitre des travaux de rénovation des hôtels publics, il y a lieu de noter que l’hôtel Tamgout se trouvant sur la route de Yakouren, à la sortie est de la ville d’Azazga a bénéficié d’une enveloppe financière de 80 milliards de centimes.

L’hôtel Thala-Guilef à Tikdjda, pour la même opération (travaux de rénovation), a bénéficié quant à lui d’une enveloppe de 250 milliards de centimes. A l’instar de l’hôtel Amraoua, les travaux de rénovation seront lancés en octobre prochain pour Tamgout et Thala Guilef. En marge de sa visite de travail, le ministre, toujours d’un pas pressé, après avoir quitté l’hôtel Amraoua, prit la direction du centre-ville où il visita respectivement le Salon de l’artisanat et le musée de la ville de Tizi-Ouzou, avant de prendre la direction de la Maison de l’Artisanat, encore en chantier.

Après quelques explications sur l’aspect technique de l’ouvrage par le maître d’œuvre, Amar Ghoul se rend à l’hôtel Ittourar, un établissement privé se trouvant à la Nouvelle-ville. Même s’il est loin d’égaler l’Intercontinental de New York, l’hôtel Ittourar offre, toutefois, des commodités assez accueillantes. 

Le ministre a toutefois apprécié les conditions d’hébergement proposées aux clients. C’est d’ailleurs au niveau de cet hôtel que le ministre a décidé d’animer un point de presse. Amar Ghoul parlera de la nouvelle politique touristique que son département compte mettre en œuvre pour être au diapason des normes internationales en matière de tourisme. C’est également à l’issue de ce rendez-vous avec la presse qu’il mettra l’accent sur sa volonté à sévir contre l’incurie et l’incompétence.

« Celui qui ne se sent pas capable de s’acquitter honorablement de sa mission n’aura qu’à rentrer chez-lui pour laisser sa place à des compétences et des bonnes volontés », s’est exprimé le ministre de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de l’Artisanat. S’agissant de cette « insécurité » qui risque de nuire au tourisme, comme c’est le cas en Tunisie, Amar Ghoul a cerné la question sous son angle politique. « Des actes de violence sont commis dans tous les pays du monde et aucun pays ne peut prétendre empêcher un quelconque acte de violence.

Toutefois, dès qu’il s’agit de notre pays, tous les rapports établis à partir de l’étranger signalent la situation au rouge. Nous ne savons de quoi il retourne exactement, car nous ne sommes pas dupes », a déclaré sans ambages le ministre pour ensuite signaler, tout en rendant un vibrant hommage aux forces de l’ANP qui veillent sans relâche à la sécurité du pays, que la sécurité est bien réelle en Algérie. Par rapport à la tragédie qui a frappé la Tunisie la semaine dernière, Amar Ghoul a rappelé que l’Algérie soutiendra ce « pays frère » avec lesquels des liens fraternels sont entretenus depuis très longtemps. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email