-- -- -- / -- -- --
Nationale

«Amar Ghoul m’a proposé de partager avec lui les pots-de-vin mais j’ai refusé !»

«Amar Ghoul m’a proposé de partager avec lui les pots-de-vin mais j’ai refusé !»

Le troisième jour du procès des accusés impliqués dans le scandale de l’autoroute Est-Ouest a été consacré à l’audition de Chani Medjdoub, principal inculpé dans cette affaire.

Le mis en cause a d’emblée affirmé que « l’affaire est montée de toutes pièces. C’est le général-major Hassen qui a donné l’ordre pour me poursuivre et m’arrêter ». Il a souligné qu’il entrera en grève de la faim illimitée juste après la fin de son audition par les membres du tribunal criminel d’Alger.

Le deuxième inculpé auditionné n’est autre que le secrétaire général des travaux publics en l’occurrence M. Bouchama Mohamed, qui est longuement revenu sur sa carrière professionnelle.

Dans le même contexte, le mis en cause a tenu à préciser qu’il a occupé plusieurs postes de responsabilité au sein des hautes institutions de l’Etat, entre autres, à la Présidence, au ministère des Travaux publics, à la fonction publique, au Conseil d’Etat et en même temps président du conseil d’administration de l’Agence nationale de la gestion de l’autoroute Est-Ouest.

M. Bouchama a par ailleurs déclaré au juge en charge du dossier : « C’est à cause du colonel Khelladi Mohamed, alors directeur du projet que mon nom a été traîné dans cette affaire qui ne me concerne ni de près ni de loin. »

A la question de savoir dans quelles conditions il a connu le principal accusé Chani Medjdoub, il a précisé : « Je l’ai connu par l’intermédiaire du colonel Khaled. Je l’ai reçu à quatre reprises au siège du ministère en présence de mon ami le colonel Khaled. Chani est venu me solliciter pour intervenir sur les problèmes bureaucratiques que rencontraient les Chinois, notamment en ce qui concerne le paiement des travailleurs qui n’avaient pas perçu leurs salaires durant trois mois. »

Interrogé s’il a perçu 10 millions de dinars à titre de complaisance de la part du principal accusé Chani Medjdoub, le mis en cause a répliqué : « Mon éducation et ma personnalité ne me le permettent pas. Je n’ai perçu aucun sou de Chani. Je suis un haut responsable et je n’accepte pas que mon image soit ternie dans une affaire liée à la corruption. »

L’accusé a en outre souligné qu’il « n’a jamais exercé des pressions sur les sociétés étrangères qui étaient chargées de réaliser le projet objet de ma poursuite judiciaire ».

Le troisième inculpé auditionné est Khelladi Mohamed, qui occupait le poste de directeur des nouveaux projets au ministère des Travaux publics. Il a d’emblée affirmé que : « Amar Ghoul m’a proposé de lui ramener les sociétés intéressées par les projets et par-delà partager les pots-de-vin ».

Khelladi a par ailleurs indiqué que lorsqu’il a refusé les propositions du ministre, ce dernier lui a promis qu’il interviendrait auprès des hautes autorités pour lui décrocher un portefeuille lors du prochain remaniement ministériel.

L’ancien cadre a souligné que « le ministre des travaux publics Amar Ghoul possède une société de pêche. Le même ministre a bénéficié de 20% du montant du budget octroyé au projet de l’autoroute Est-Ouest qui était de l’ordre de 19 milliards de dinars ».

Le même accusé a déclaré que « l’ancien ministre des Affaires étrangères a bénéficié de pots-de-vin ».
Il a par ailleurs émis le vœu que le ministre Amar Ghoul soit présent à l’audience pour être confronté avec lui en présence du public. Mais le président Hellali n’était pas du même avis pour la raison « qu’il y a des procédures qui ne me permettent pas de le convoquer ! ».

Il a en outre précisé que « c’est grâce à moi que le scandale de l’autoroute Est-Ouest a été découvert. J’ai été chargé par les hauts responsables du DRS de dénoncer toutes les personnes impliquées dans la malversation qui entoure ce projet. En guise de reconnaissance, je me retrouve derrière les barreaux. Je n’ai rien à voir dans cette affaire ». 

Il convient de signaler que les quatre mis en cause ont nié tous les faits qui leur ont été reprochés, que ce soit au cours de l’enquête préliminaire ou au niveau de l’instruction judiciaire.
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email