-- -- -- / -- -- --
Nationale

Amar Ghoul en détention provisoire

Amar Ghoul en détention provisoire

Impliqué dans plusieurs affaires scandaleuses relatives à la malversation et à la corruption, l’ex-ministre des Transports et des Travaux publics, Amar Ghoul, a été placé en détention provisoire ce jeudi à El Harrach.
La décision de l’incarcération de l’ex-sénateur a été prise par le magistrat-instructeur de la Cour suprême à l’issue d’une audition qui a duré plus de 4 heures, durant lesquelles le juge a réuni toutes les preuves de la culpabilité du mis en cause. 
Auditionné par le magistrat en charge de l’instruction judiciaire dans le cadre, entre autres, du scandale de corruption lié à la construction de l’autoroute Est-Ouest, le président du TAJ Amar Ghoul, qui a renoncé à son immunité parlementaire, n’a pas pu nier les accusations portées contre lui.
Ghoul est poursuivi pour des affaires de corruption dans le cadre du dossier de l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout, incarcéré depuis quelque temps.
Cité à maintes reprises dans le scandale de l’autoroute Est-Ouest tout au long du procès présidé alors par Tayeb Hellali, l’ex-ministre et proche de l’ex-président Bouteflika n’avait pas été inquiété jusque-là par la justice.
Dans le cadre d’une enquête lancée en 2009, Ghoul avait été interrogé par écrit par un juge d’instruction, mais en qualité de simple témoin.
Il y a quelques jours, la Cour suprême a accepté le pourvoi en cassation du procureur général, qui représentait le ministère public dans l’affaire de l’autoroute Est-Ouest.
Amar Ghoul est également poursuivi dans le cadre de l’affaire d’Ali Haddad, incarcéré depuis mars dernier à El Harrach
Dans un communiqué diffusé le 10 juillet dernier par la cellule de la communication de la Cour suprême, le parquet avait justement annoncé « engager des poursuites judiciaires à l’encontre d’Amar Ghoul en sa qualité d’ancien ministre des Transports, dans le cadre des affaires d’Ali Haddad et Mahieddine Tahkout pour des faits punis par la loi. 
Par ailleurs, le magistrat enquêteur de la Cour suprême a placé sous contrôle judiciaire pas moins de trois ex-ministres : Amar Tou, ancien ministre des Transports, Karim Djoudi, ex-ministre des Finances et Abdelkader Zaâlane, ex-ministre des Transports.
Il convient de signaler que le magistrat rapporteur a placé sous contrôle judiciaire l’ex-wali d’Alger Abdelkader Zoukh, entendu dans le cadre de l’affaire de l’homme d’affaires Tahkout Mahieddine.
Redouane Hannachi

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email