-- -- -- / -- -- --
Nationale

Alliance Assurances : «Nous allons investir, entre autres, dans l’immobilier»

Alliance Assurances : «Nous allons investir, entre autres, dans l’immobilier»

Le président-directeur général de la compagnie Alliances Assurances, Hacène Khélifati, a révélé que son groupe s’apprêtait à se déployer sur d’autres créneaux, « compte tenu des temps difficiles que vit le secteur des assurances en Algérie ».

« Nous comptons diversifier nos activités comme toute entreprise ambitionnant de générer des profits », a-t-il indiqué, hier, au forum du quotidien Al Mihwar. Selon le patron de la compagnie privée, il est question d’investir dans plusieurs secteurs à l’exemple de l’immobilier dont le premier projet vient de démarrer à Kouba, ainsi que des « co-investissements » dans la distribution agro-alimentaire, dans les services financiers, dans l’assistance automobile, dans l’expertise à distance ainsi que dans le secteur des nouvelles technologies.

« Nous devons multiplier nos sources de profit, et ce dans le cadre de nos intérêts et de ceux de nos actionnaires », a souligné le PDG d’Alliances Assurances. Auparavant, Hacène Khélifati a fait état du « flop » de l’expérience boursière.

Il a encore martelé que le marché boursier en Algérie, en dépit d’un arsenal législatif et institutionnel et l’existence d’un personnel chevronné, est quasiment absent de la scène économique.

« Comment voulez-vous qu’un petit porteur puisse acheter 100, 150 ou 200 actions d’Alliances Assurances, au moment où un marché financier censé dynamiser la bourse n’existe finalement pas ? », s’est-il interrogé.

Et d’ajouter que dans ce domaine, le pays accuse un très grand retard. M. Khélifati n’a pas omis par ailleurs d’interpeller sur l’urgence d’adopter les standards internationaux en matière d’assurance et de réassurance, notamment pour ce qui concerne les risques domestiques et l’assurance des logis.

« Nous accusons un très grand retard dans ce domaine. Nos compatriotes n’ont pas cette tendance d’assurer leurs logements contre les risques et autres catastrophes naturelles. Cela d’autant que L’Etat intervient au quart de tour pour rembourser les citoyens en cas de catastrophe naturelle, et ce en piochant dans les caisses du Trésor public », a-t-il souligné.

Interrogé sur l’état du secteur par rapport à nos voisins, Hacène Khélifati a cité le cas du Maroc « qui est, de très loin, plus performant que nous ».

« Le secteur des assurances est à 100 % privé, contrairement à l’Algérie où le plus gros du marché est détenu par l’Etat. Notre voisin de l’Ouest contribue à 3,2 % au PNB, alors qu’en en Tunisie il est de 2,6 %.

En revanche, le secteur des assurances en Algérie ne contribue qu’à hauteur de à 0,7 % du Produit national brut ». Le PDG de la compagnie d’assurances privée a tenu, en outre, à rappeler que Alliance Assurances se place comme « l’assureur préféré des Algériens ». 

« Cela se traduit concrètement par l’ouverture de plus de 200 agences sur 43 wilayas, des offres claires et simplifiées valorisant notre langue nationale, par le respect de notre engagement d’indemnisation pour les petits comme pour les grands sinistres. Des signes forts pour nos 1 592 752 assurés professionnels, entreprises et particuliers, qui légitiment leur confiance en nous », a-t-il indiqué en substance. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email