-- -- -- / -- -- --
Nationale

Allègement du confinement: Les pouvoirs publics se rétractent

Allègement du confinement: Les pouvoirs publics se rétractent

Les commerces autorisés à reprendre l’activité la semaine dernière sont fermés de nouveau. C’est le non-respect des mesures de préventions et les comportements irresponsables des citoyens ont motivé cette décision. Le risque est devenu palpable quant à la propagation du Covid-19 en raison de l’inobservation des gestes barrières par des citoyens nonchalants.

Plusieurs walis ont donc annoncé la suspension de plusieurs activités commerciales, en application de l’instruction du Premier ministre. Dans le but de réduire l’impact économique et social du confinement, les autorités ont décidé d’autoriser plusieurs commerces à reprendre l’activité. Salons de coiffure, commerce de pâtisserie, confiserie et gâteaux traditionnels, d’électroménagers, d’habillement et chaussures ont été autorisés depuis le 25 avril à reprendre l’activité, à condition de respecter les mesures préventives pour empêcher la propagation du coronavirus. Une condition qui n’a pas été respectée par les citoyens qui se sont rués sur ces magasins.

Des images et vidéos postées sur les réseaux sociaux montrent le non-respect de ces mesures notamment la distanciation sociale dans les files d’attentes formées à l’entrée des magasins. La mesure d’allégement du confinement n’a pas fait, note-t-on, l’unanimité, principalement du côté des professionnels de la santé qui ont estimé que ça pourrait être un facteur d’aggravation de la situation sanitaire, surtout que si les mesures de distanciation sociale et le port de bavettes ainsi que les conditions d’hygiène ne sont pas respectées.

Depuis le début du mois de ramadan, le nombre de contaminés augmente quotidiennement. Plus de mille cas ont été enregistrés dans les 48 wilayas du pays. Une situation qui a poussé les autorités à agir en ordonnant la fermeture de ces commerces. Plusieurs walis ont réagi à ce relâchement et non-respect des mesures barrières dans les commerces.

Le wali de Constantine, d’Oran, de Souk Ahras, d’Alger, Médéa, Adrar, Tizi-Ouzou, Tipaza notamment ont ordonné la fermeture des commerces ciblés pour limiter la propagation du virus, ainsi protéger la santé publique. Le wali de Médéa, Abbès Badaoui, a ordonné la fermeture de nouveau des commerces, en vertu d’un arrêté du 2/5/2020, « en raison de la non-observance des mesures de prévention contre la pandémie du coronavirus et du non-respect de la distanciation sociale », a constaté le correspondant du Jeune Indépendant.

Les commerces concernés par les dispositions de l’arrêté du wali sont : salons de coiffure, crèmeries, activités de confiserie-pâtisserie, vente de vêtements et chaussures, commerces de produits électroménagers, de tissu et vêtements, locaux de vente de produits cosmétiques et parfums.

Comme il fallait s’y attendre, la décision de fermeture de nouveau des commerces, quelques jours seulement après leur réouverture au public, est venue corriger une situation devenue inquiétante eu égard au regain du nombre de cas de contaminations par le covid-19.Il a été enregistré un bond de plus de 50% du nombre de personnes contaminées à travers les structures hospitalières de la wilaya, en l’espace d’une semaine, situation qui n’a pas manqué de susciter l’inquiétude du corps médical et des personnels soignants. A Tizi-Ouzou, le wali, Mahmoud Djemaâ, a décidé de réagir en rappelant la nécessité impérative de poursuivre les mesures de protection contre le Covid-19 édictées par le gouvernement. C’est dans ce sens qu’il a signé un arrêté obligeant

certains commerces à maintenir le rideau baissé. La décision est intervenue après que la wali ait reçu de multiples rapports mentionnant un net relâchement par les citoyens dans l’observation de la vigilance contre la pandémie du coronavirus, indique le correspondant du Jeune Indépendant dans cette wilaya. Il est à relever que cet arrêté a été salué par de nombreux citoyens qui voient à travers sa mise à exécution un excellent moyen d’éviter la contamination et la propagation du coronavirus. Les chiffres des contaminations dans la wilaya suscitent inquiétudes des autorités sanitaires.

Ce samadi, le Premier ministre a affirmé qu’une des premières causes à l’origine de la récente augmentation des cas d’infection par le virus a été le non-respect des mesures préventives et l’affluence des citoyens vers les marchés et les commerces. Lors de sa visite dans les wilayas de Constantine et Sétif, Djerrad a rappelé le rôle pivot du citoyen dans la prévention contre le COVID-19. Ce dernier est appelé à être responsable et assumer son rôle dans la lutte contre le coronavirus. Le Premier ministre avait évoqué un plan « B » si ce non-respect persiste. Il s’agit du renoncement à certaines décisions prises par le gouvernement pour faciliter la vie aux citoyens. Le président de la République avait lui aussi, lors d’une entrevue accordée aux représentants de la presse, évoqué un éventuel durcissement du confinement.

Il avait fait état de la fermeture éventuelle des commerces autorisés à reprendre l’activité au début du Ramadan, s’il s’avère qu’ils sont à l’origine d’une hausse dans la propagation de la pandémie du Covid-19. Les autorités, faut-il le rappeler, ont pris des mesures préventives pour endiguer le virus corona. Depuis le 24 mars un confinement total et partiel a été instauré selon l’évolution de la situation épidémiologique. Avec ce durcissement annoncé, l’on s’interroge sur le maintien de l’assouplissement du couvre-feu décidé pour ce mois de ramadan qui prend fin le 14 mai.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email